Centrafrique : dix morts à Bangui, dans un quartier livré au pillage

le
0
Centrafrique : dix morts à Bangui, dans un quartier livré au pillage
Centrafrique : dix morts à Bangui, dans un quartier livré au pillage

Au moins dix personnes ont été tuées à Bangui, capitale de la Centrafrique, dans un quartier du centre-ville où des pillages étaient en cours dimanche matin. Les violences ont éclaté samedi soir aux abords de la mairie du 5e arrondissement. Cinq personnes ont été tuées dans des circonstances encore non établies, puis trois autres dans des affrontements intercommunautaires et une neuvième par des soldats de la force africaine, selon ces témoins.

L'ONG Human Rights Watch, qui a également fait état du lynchage à mort d'un musulman dimanche dans la matinée, près du marché central de Bangui. Un deuxième musulman a eu la vie sauve grâce à l'intervention de soldats de la Misca. Des soldats français et des gendarmes centrafricains ont pris position dans le 5e arrondissement livré aux pilleurs, au milieu de ruines de commerces encore fumantes. Le quartier était survolé par un hélicoptère de combat français, faisant baisser la tension sans arrêter les pillages.

«Dehors, les Rwandais !»

Selon des habitants, après la mort de cinq personnes samedi soir, une femme chrétienne de ce quartier mixte a été tuée par un musulman. Son agresseur a été capturé et tué, et son cadavre brûlé devant la mairie, où son corps calciné gisait au milieu de la route dimanche matin. Un deuxième civil musulman a ensuite été tué et son meurtrier s'apprêtait à jeter le cadavre dans un brasier quand les soldats rwandais de la Misca ont ouvert le feu, a raconté Innocent, un habitant du quartier. «Ils l'ont tué», accuse Innocent, au milieu d'une foule surexcitée criant "A mort les Rwandais".

Bangui, dimanche. Un soldat français patrouille dans la rue où un homme a été lynché et son corps brulé. AFP PHOTO/ ISSOUF SANOGO

«Les Rwandais sont tous des musulmans ! Dehors, les Rwandais !», hurlait une femme, tandis que crépitaient des rafales de kalachnikov - vraisemblablement des tirs de sommation de la Misca. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant