Centrafrique : des soldats français accusés d'avoir encouragé des actes zoophiles

le , mis à jour à 22:58
0
Centrafrique : des soldats français accusés d'avoir encouragé des actes zoophiles
Centrafrique : des soldats français accusés d'avoir encouragé des actes zoophiles

Si les faits étaient avérés, ont atteindrait le summum de l'abjection. De nouvelles allégations «extrêmement troublantes» de violences sexuelles exercées par des soldats de la force française Sangaris et de l'ONU en Centrafrique sont parvenues aux Nations unies. Ce n'est pas la première fois que les soldats français ou de l'ONU sont accusés d'abus sexuels dans le pays.

Les autorités françaises ont été informées qu'une équipe des Nations unies avait reçu un compte rendu assurant que des soldats français de Sangaris auraient forcé des jeunes filles à avoir des rapports sexuels avec un animal (un chien en l'occurrence) en échange d'une somme d'argent, a indiqué un responsable de l'ONU.

«Nous avons reçu des rapports sur des cas de bestialité impliquant des soldats français, mais à ce stade nous n'avons pas de confirmation», a t-il précisé . «Le nombre exact et la nature de ces allégations extrêmement troublantes restent à déterminer», a de son côté indiqué un communiqué de l'ONU. Une équipe de l'organisation internationale a été envoyée sur place pour des entretiens avec les victimes présumées et pour recueillir des informations.

La France veut faire «toute la lumière»

Selon un rapport de l'ONG AIDS-Free World, trois jeunes filles ont affirmé à un officier des Nations unies qu'en 2014 elles avaient été «déshabillées et attachées par un militaire de Sangaris à l'intérieur d'un camp» et auraient été forcées d'avoir des relations sexuelles avec un chien. Chacune a ensuite reçu de l'argent, selon l'ONG, qui évoque le montant de 5000 francs CFA (7,5 euros, NDLR). Une quatrième victime serait quant à elle décédée.

La France veut faire «toute la lumière» sur les accusations d'abus sexuels par ses soldats en Centrafrique, a affirmé jeudi l'ambassadeur français auprès des Nations unies. «Les cas d'abus et d'exploitation sexuels allégués sont particulièrement révoltants et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant