Centrafrique : des milliers de musulmans manifestent contre l'intervention française

le
0
Centrafrique : des milliers de musulmans manifestent contre l'intervention française
Centrafrique : des milliers de musulmans manifestent contre l'intervention française

Trois combattants de l'ex-rébellion Séléka auraient été tués dimanche par l'armée française au cours d'une opération de désarmement dans un quartier nord de Bangui. Le sentiment d'hostilité contre l'intervention française est de plus en plus important dans la capitale au sein de la population musulmane.

Après une nuit ponctuée de tirs dans plusieurs quartiers, les soldats français, appuyés par des éléments de la force africaine (Misca), ont mené à l'aube une opération de désarmement dans le quartier de Yangato, proche de l'aéroport, selon des habitants. Cette opération visait en particulier un groupe d'ex-Séléka (coalition de groupes armés musulmans au pouvoir depuis mars 2013) implanté sur place dans la partie musulmane du quartier, qui se revendique du pouvoir mais refuse d'être désarmé et cantonné. Selon des résidents musulmans, un accrochage a opposé soldats français et ex-Séléka, coûtant la vie à trois combattants de l'ex-rébellion et en blessant plusieurs autres. L'incident n'a pas été confirmé de source militaire française. Interrogé à Paris, l'état-major français a refusé de répondre dans l'immédiat.

Dans l'après-midi, et suite à ces évènements, le chef de l'une des factions de la Séléka, Abacar Sabone, a accusé l'armée française d'avoir provoqué l'incident en ouvrant le feu sans sommation. Les trois ex-rebelles ont été tués «alors qu'ils étaient armés, certes, mais ils n'avaient montré aucun hostilité envers les Français et n'ont pas fait usage de leurs armes», a affirmé M. Sabone, qui a accusé les Français d'être «partisans» dans leurs opérations de désarmement des groupes armés.

Après l'accrochage, des milliers de manifestants musulmans pro-Séléka ont bloqué avec des pierres et des pneus l'avenue des Martyrs pour protester contre la présence des Français. Ils ont dénoncé le désarmement en cours dans la capitale, qui, selon eux, laisse les musulmans à la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant