Centrafrique : des militaires de l'ONU accusés d'abus sexuels sur des enfants

le
0
Centrafrique : des militaires de l'ONU accusés d'abus sexuels sur des enfants
Centrafrique : des militaires de l'ONU accusés d'abus sexuels sur des enfants

Moins de deux mois après la révélation d'une affaire de viols commis par des soldats français en mission en Centrafrique, la mission de l'ONU en République centrafricaine (Minusca) a été informée d'accusations d'abus sexuels commis par ses Casques bleus «contre des enfants des rues à Bangui». Selon le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric, les abus ont été commis par «un des contingents» de la Minusca, sans qu'il précise lequel. Les faits qui «pourraient remonter à 2014», n'ont été signalés que le 19 juin à la Minusca. Une autre source de l'ONU parle d'un «contingent africain».

L'ONU tente de vérifier ces accusations et «fournit un soutien aux victimes». Le pays dont est originaire le contingent soupçonné a été averti le 20 juin, a précisé Stéphane Dujarric. L'ONU a donné dix jours à ce pays pour lui faire savoir quelles mesures il comptait prendre. «Nous espérons qu'il va enquêter et nous tenir au courant» et qu'il «va agir rapidement», a-t-il ajouté. La Minusca avait déjà demandé il y a quelques semaines au Maroc d'enquêter sur des accusations de viol sur mineure commis par un de ses soldats.

«Si ces (dernières) accusations étaient confirmées, il s'agirait d'une grave violation des principes de l'ONU et du code de conduite des Casques bleus", a assuré le porte-parole de l'ONU. Les Nations unies affirment appliquer depuis dix ans une politique de «tolérance zéro» envers le harcèlement et les abus sexuels commis par ses Casques bleus dans le cadre des missions de maintien de la paix. Mais un récent rapport interne a confirmé que ce problème est récurrent. Des Casques bleus ont échangé de l'argent ou des téléphones contre des faveurs sexuelles de centaines de femmes en Haïti et au Liberia affirme ce document.

Dans le dernier cas révélé en RCA et dont la Minusca a été saisie, ce sont deux jeunes filles de moins de 16 ans qui auraient été exploitées sexuellement à Bangui, a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant