Centrafrique-Certains militaires français identifiés-source judiciaire

le
1

PARIS, 30 avril (Reuters) - Quatorze militaires français seraient concernés par les accusations d'abus sexuels sur mineurs en Centrafrique, et certain sont identifiés, a-t-on appris jeudi de source judiciaire française. Une enquête préliminaire a été ouverte en juillet 2014 en France pour des abus sexuels sur mineurs imputés à des militaires français en Centrafrique, sur la base d'un document des Nations unies consignant les témoignages des victimes présumées. Les faits auraient été commis sur une dizaine d'enfants entre décembre 2013 et juin 2014 dans le camp de réfugiés de l'aéroport de M'Poko, à Bangui, qui accueille des personnes déplacées. "Au vu du rapport, quatorze militaires français seraient concernés", a déclaré une source judiciaire à Reuters. "Certains sont identifiés", a-t-elle ajouté, en précisant que leur identification avait été permise par un déplacement des enquêteurs en Centrafrique et des recoupements avec les témoignages cités dans le document de l'Onu. Le ministère de la Défense avait indiqué mercredi qu'aucun responsable présumé n'avait été identifié à l'heure actuelle. "Des militaires étrangers sont aussi concernés", a précisé jeudi à Reuters la source judiciaire, sans indiquer leur nationalité. (Chine Labbé, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 le jeudi 30 avr 2015 à 12:56

    les indonésiens ont la bonne méthode contre ce genre d'individus