Centrafrique : Catherine Samba-Panza, maire de Bangui, élue présidente de transition

le
0
Centrafrique : Catherine Samba-Panza, maire de Bangui, élue présidente de transition
Centrafrique : Catherine Samba-Panza, maire de Bangui, élue présidente de transition

Catherine Samba-Panza, maire de Bangui, a été élue lundi présidente de transition par le parlement centrafricain. Aussitôt après son élection, elle a lancé un «appel vibrant» aux miliciens chrétiens et combattants musulmans à déposer les armes. «Manifestez votre adhésion à ma nomination en donnant un signal fort de dépôt des armes», a-t-elle dit dans un discours devant les parlementaires à l'attention des miliciens chrétiens anti-balaka. Et de s'adresser aux ex-Séléka : «déposez vos armes», pour faire «cesser la souffrance des populations» après des mois de sanglantes violences interreligieuses.

«A compter de ce jour, je suis la présidente de tous les Centrafricains sans exclusive, a-t-elle assuré. La priorité des priorités est de faire cesser la souffrance des populations, restaurer la sécurité et l'autorité de l'Etat» sur tout le territoire. «On est hyper contentes ! On a fait un bon choix, un très très bon choix», s'est réjouie une déléguée du CNT, Rose Yodoma, entourée d'autres femmes.

Félicitations de François Hollande 

Le président français a immédiatement félicité Catherine Samba-Panza, selon un communiqué diffusé par l'Élysée. Soulignant qu'«il lui revient désormais de mener à bien la réconciliation et l'apaisement nécessaires en RCA, en vue de la tenue d'élections démocratiques», François Hollande assure, un mois et demi après le début de l'intervention militaire française en Centrafrique, que «la France se tient à ses côtés dans cette tâche difficile».

L'élection de Catherine Samba-Panza par le Conseil national de transition (CNT, parlement provisoire) doit ainsi combler le vide laissé par la démission contrainte de Michel Djotodia le 11 janvier dernier et qui s'est réfugié au Tchad. Lui, il a été accusé par la communauté internationale de n'avoir rien fait pour arrêter les tueries quasi quotidiennes notamment dans la capitale centrafricaine où cette ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant