Centrafrique : Bangui sous tension, le président tend la main aux chrétiens

le
1
Centrafrique : Bangui sous tension, le président tend la main aux chrétiens
Centrafrique : Bangui sous tension, le président tend la main aux chrétiens

Le président centrafricain Michel Djotodia a proposé samedi un dialogue aux milices chrétiennes, afin de réduire l'extrême tension qui règne dans Bangui où l'aide alimentaire aux déplacés de l'immense camp de l'aéroport a été suspendue en raison de menaces d'hommes armés de machettes.

Dans un entretien à Radio France internationale (RFI), Michel Djotodia assure que ces miliciens, qui ont pris les armes contre les ex-rebelles majoritairement musulmans de la Séléka qui l'ont porté au pouvoir, «ne sont pas des ennemis». «Ce sont nos frères», affirme-t-il.

«Je suis prêt à discuter non seulement avec les "anti-balaka" (anti-machette) mais aussi avec tous ceux qui sont épris de justice et de paix, je suis prêt à tendre la main», a ajouté M. Djotodia, devenu à la faveur de la rébellion le premier président musulman de Centrafrique, pays très majoritairement chrétien.

Une tension extrême régnait samedi à Bangui, capitale de la Centrafrique, où un musulman a été tué à coups de machette. L'homme, qui circulait à moto, a été lynché par des habitants du quartier Combattant, près de l'aéroport. Quelques instants plus tard, des gens brandissaient ses mains coupées de la victime. Un deuxième homme a été blessé et a pu trouver refuge à la base française toute proche. Selon les Nations-Unies, les tueries entre chrétiens et musulmans ont fait «plus de 600 morts» dans le pays et 160.000 déplacés rien qu'à Bangui. Le Une agence de l'ONU a fait état vendredi du massacre de 27 musulmans dans un village de l'ouest du pays.

Les autorités religieuses des communautés chrétiennes et musulmanes multiplient les appels au calme et tentent de lancer des opérations communes, des dons de nourriture ou des cérémonies religieuses avec la présence de membres de l'autre communauté. Mais elles ne sont pas toujours bien accueillies. Un jeune musulman affirmait sous couvert de l'anonymat que des représentants ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le samedi 14 déc 2013 à 15:09

    On s'en fou, bientôt les banlieues françaises.