Centrafrique : à Bangui, les soldats français entre deux feux

le
0
REPORTAGE - De violents affrontements ont eu lieu mercredi aux abords de l'aéroport, forçant l'armée française à intervenir.

Envoyé spécial à Bangui

Les rues sont désertes et les maisons ­vides. Sur la terre rougeâtre, une poule esseulée passe, puis un jeune homme pressé. À Cattin, un quartier du nord de Bangui, les habitants ont préféré partir pour s'empiler dans les camps de réfugiés. Les impacts de balles sur les murs, les traces d'incendies, çà et là, sont les signes des violences qui reviennent hanter Cattin. Au bout de la route, le petit pont en traverses de chemin de fer, qui reliait cette zone chrétienne à sa voisine musulmane du PK5, a été arraché. On redoute désormais les contacts. Non loin de ce check-point improvisé, comme il en fleurit partout dans Bangui, un groupe de miliciens Anti-Balaka, machettes de côté, veille. Une patrouille de soldats français de l'opération «Sangaris» les fait reculer un instant. Juste un instant.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant