Centrafrique : à Bangui, le manque d'eau inquiète les ONG

le
0
INTERVIEW - Le chef de la mission française de MSF dans la capitale centrafricaine, Serge Saint-Louis, craint que les capacités médicales soient bientôt insuffisantes, notamment suite aux pillages qui ont eu lieu ces derniers jours.

Les rebelles de la coalition Séléka, qui ont pris les commandes de la Centrafrique après être entrés dans la capitale samedi, ont ordonné ce mercredi à tous les «hommes en armes» de se «faire identifier» pour tenter de mettre un terme aux pillages et à l'insécurité qui règnent à Bangui. Car depuis plusieurs jours, cette ville de moins d'un million d'habitants vit dans la peur des violences. Serge Saint-Louis, chef de mission pour la section française de Médecins Sans Frontières (MSF) à Bangui, témoigne.

Comment votre organisation fait-elle face à la situation à Bangui?

Serge Saint-Louis: Trois sections de MSF - française, espagnole et hollandaise - sont présentes en Centrafrique. L...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant