Centrafrique : 13 cadavres découverts dans une citerne

le
0
Centrafrique : 13 cadavres découverts dans une citerne
Centrafrique : 13 cadavres découverts dans une citerne

Les treize corps sans vie étaient entassés dans une citerne, comme du bétail. La cuve d'une dizaine de mètres de longueur a été découverte jeudi par des soldats de la force africaine Misca, alertés par une odeur nauséabonde. Elle se situait dans un camp de Bangui (Centrafrique), où sont cantonnés des combattants de l'ex-Séléka, la coalition de rebelles musulmans, pourtant sous surveillance des soldats de la Misca. 

Transformée en véritable tombe, la citerne abritait «les corps en état de putréfaction ou à l'état de squelettes», détaille Ghislain Grezenguet, le procureur de la République de Bangui. Les emplacements des cadavres, éparpillés, «laisse penser que que des gens y ont été jetés vivants et se sont débattus», ajoute le procureur.

VIDEO. Bangui : 13 cadavres dans une citerne dans un camp d'ex-Séléka

La mort de certains remonterait à dix jours. Seule une petite ouverture permet de descendre dans la cuve. La Misca doit désormais enlever une partie du couvercle en béton du réservoir pour avoir une vue d'ensemble du charnier. La justice, qui lancé une enquête, a pour l'heure entendu des responsables rebelles ex-Séléka.  

VIDEO. Deux mois après l'intervention française, le point sur la situation

Exode musulman et nettoyage ethnique

Cette macabre découverte s'ajoute aux dizaines de faits de violences, meurtres ou pillages en Centrafrique. Deux mois après l'opération française «Sangaris», la violence continue de se répandre comme une traînée de poudre, notamment à l'ouest du pays. Mercredi, l'organisation Amnesty International alertait sur un nettoyage ethnique en cours dans cette région, face auquel les militaires de la force internationale de maintien de la paix est, selon l'ONG, impuissante.

Les civils musulmans, accusés d'être complices des rebelles de la Séléka, sont les cibles des anti-balaka. L'ONG constate un exode musulman «sans précédent». Les Centrafricains de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant