Centrafrique : 1 300 musulmans ont fui Bangui, escortés par la force africaine

le
0
Centrafrique : 1 300 musulmans ont fui Bangui, escortés par la force africaine
Centrafrique : 1 300 musulmans ont fui Bangui, escortés par la force africaine

Quelque 1.300 musulmans qui se terraient en périphérie de Bangui, fréquemment attaqués par des milices à majorité chrétienne, sont enfin partis dimanche dans un imposant convoi, escortés par la force africaine Misca à destination du nord de la Centrafrique. Les autorités dénoncent une opération «unilatérale» des humanitaires

Dix-huit camions chargés à plein se sont mis en branle vers midi (13 heures à Paris). Les déplacés étaient assis sur leurs ballots, planches de bois, motos, frigos... Des centaines de bidons multicolores ornaient les flancs du convoi. Un imposant dispositif de la Misca était mobilisé pour assurer la sécurité des partants. La sortie de Bangui et la traversée des villes de Sibut et Dékoa, dans le centre du pays, constituent notamment les points chauds de l'opération, a expliqué un cadre de la mission africaine.

La mise en route, attendue depuis des semaines, s'est faite finalement sans heurts. Les déplacés, juchés dans sur remorques depuis de longues heures, lèvent les bras en signe de victoire à mesure que leurs véhicules prennent de la vitesse.

Le soulagement pour les deux communautés

Au sol, des dizaines, puis des centaines de chrétiens, aux anges, s'affairent à dépecer méthodiquement tout ce que les précédents occupants des lieux ont abandonné. Bouts de bois, chambranles de portes, tôles de toiture, vêtements... Hormis un cercueil abandonné devant la mosquée, tout ou presque disparaît en un petit quart d'heure.

L'allégresse générale est à la mesure du soulagement pour les deux communautés, après cinq mois d'une infernale pression enserrant le PK-12, Point kilométrique 12, sorte d'étroit corridor en proche périphérie de Bangui, sur la route menant au nord du pays. Les 1.300 déplacés, qui avaient déjà fui leurs domiciles pour occuper le PK-12, s'y étaient retrouvés piégés alors qu'ils souhaitaient déjà monter dans des convois humanitaires à destination du Tchad. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant