Center Parcs en Isère : la justice rendra sa décision mardi

le
0
Center Parcs en Isère : la justice rendra sa décision mardi
Center Parcs en Isère : la justice rendra sa décision mardi

Le juge des référés du tribunal administratif de Grenoble dira mardi 23 décembre s'il suspend ou non les travaux de défrichement préalables au chantier controversé de Center Parcs de Roybon (Isère). Quatre recours déposés à l'encontre de ce projet controversé ont été examinés jeudi au cours de plus de trois heures d'audience. Le juge des référés, saisi de quatre requêtes, n'a pas à se prononcer sur la pertinence du village que veut construire le groupe Pierre & Vacances, sur lequel plane l'ombre de Sivens et Notre-Dame-des-Landes et qui doit accueillir mille cottages avec bulle tropicale sur 200 hectares au coeur de la forêt de Chambaran.

Il doit seulement décider de suspendre ou non le défrichement préalable au chantier au vu de la légalité de deux arrêtés préfectoraux pris les 3 et 16 octobre, qui ont fait office de feu vert au démarrage des travaux: l'un autorise le projet au titre de la loi sur l'eau tandis que l'autre permet la destruction d'une cinquantaine d'espèces protégées ou de leur habitat (amphibiens, reptiles, écureuils, écrevisses à pieds blancs, etc.). Trois des quatre recours déposés par des associations visent le second arrêté et un quatrième déposé par la Fédération de pêche de la Drôme s'attaque au premier arrêté.

Opposants et sympathisants de nouveau face à face

L'audience avait commencé vers 10 heures tandis qu'à l'extérieur du tribunal, une centaine d'opposants au projet était réunie face à une centaine de partisans du Center Parcs, dans le calme et sans pancarte ni banderole. Une compagnie de CRS était tout de même mobilisée sur les lieux et un périmètre de sécurité bloquait les rues adjacentes.

«Nous sommes là pour défendre la ressource en eau d'un territoire menacé par un projet aberrant, daté et qui consomme un argent public rare, le tout au bénéfice d'un promoteur privé. C'est un projet scandaleux à tous les égards», a déclaré Pierre Mériaux, élu ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant