Centenaire de 14-18 : Hollande appelle à «faire bloc» pour les batailles économiques

le
11
Centenaire de 14-18 : Hollande appelle à «faire bloc» pour les batailles économiques
Centenaire de 14-18 : Hollande appelle à «faire bloc» pour les batailles économiques

Depuis l'Elysée, François Hollande a donné ce jeudi le coup d'envoi d'un cycle de commémorations du centenaire de la Première guerre mondiale. Face à un parterre de ministres, de personnalités politiques de tous bords, d'historiens, de militaires, le chef de l'Etat a prononcé un discours célébrant un «temps de mémoire au moment où la France s'interroge». Il a ainsi appelé «à faire bloc» pour «gagner les batailles économiques». Dans ce discours historique mais aussi très politique, le président a sonné l'ordre de mobilisation : «Réformer, réunir, réussir».

Le retour de l'anaphore : «Commémorer, c'est...». Le chef de l'Etat a commencé son discours par une anaphore qui n'est pas sans rappeler son fameux «Moi président...» prononcé lors du débat d'entre deux tours de l'élection présidentielle. «Ce temps de mémoire arrive à un moment où la France s'interroge sur sa place, son avenir, a-t-il ainsi fait valoir. C'est pourquoi je veux donner un sens à l'acte même de commémorer». Et de scander : « Commémorer, c'est saisir la force des générations qui nous ont précédé», «c'est rappeler que la République ne doit avoir peur de rien», «c'est savoir d'où l'on vient», «c'est renouveler le patriotisme, celui qui unit, qui rassemble et n'écarte personne», «commémorer c'est porter un message de confiance dans notre pays», «c'est vanter l'audace du Français libre».

Une place pour les fusillés, au musée de l'Armée des Invalides. «Je souhaite au nom de la République qu'aucun des Français qui participèrent à cette mêlée furieuse ne soit oublié», a-t-il déclaré. «Cent ans plus tard, il nous revient d'aborder dans un esprit de réconciliation cette douloureuse question des fusillés», a ajouté le chef de l'Etat, évoquant ceux qui furent vaincus «par l'angoisse, par l'épuisement, nés de conditions extrêmes qui leur furent imposées». Et de rappeler : «Certains furent condamnés de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 2445joye le jeudi 7 nov 2013 à 20:58

    Il devrait virer le "nè.gre" qui lui a rédigé ce discours: c'était un discours de basse politique politicienne là où il fallait prendre de la hauteur, parler de ce que nous ont apporté les guerres intra-européennes au cours des âges, de l'extraordinaire courage dont ont fait preuve nos grands-pères, à l'inverse de nos pères. Il est nul!

  • M2280901 le jeudi 7 nov 2013 à 19:38

    tout ce qu'il est capable de faire c'est appeler l'ascenseur , 'Ascenseur , Ascenseur hého !'

  • frk987 le jeudi 7 nov 2013 à 18:30

    des mots, des phrases, des slogans, pauvre type qui imagine encore avoir une audience.

  • M9035148 le jeudi 7 nov 2013 à 18:20

    Pépère quand il sort de sa sieste , il divague un peu....

  • paspad le jeudi 7 nov 2013 à 18:14

    .......... mentir, mystifier et cocufier.... un appel à faire bloc pour le virer

  • M7403983 le jeudi 7 nov 2013 à 18:01

    Maintenant il s'est transformé tel le caméléon en Monsieur 3R (Réformer -Réunir -Réussir) Ils sont vraiment trop forts ses conseillés. Moi, le l'aurais pris par la peau du CLU et mis dans le vaisseau Soyouz russe avec la torche olympique (il aurait bien été capable de nous l'allumer en plein vol le pépère catastrophe !!)

  • M362321 le jeudi 7 nov 2013 à 17:53

    Le plus grand comique de France vient de nous faire rire.

  • NORDGHAZ le jeudi 7 nov 2013 à 17:52

    n'attendons pas 2017, signes ta demobilisation et va te reposer dans ta correze...

  • M5441845 le jeudi 7 nov 2013 à 17:50

    Il aurait du rajouter: imposer, taxer, prélever, gaspiller! Mais ça ira mieux en 2035

  • Bol78 le jeudi 7 nov 2013 à 17:50

    Quel pitre !