Celyad : une biotech attrayante à redécouvrir

le
1
Une chercheuse de Celyad. (© Celyad)
Une chercheuse de Celyad. (© Celyad)

L’entrée de la biotech belge au Nasdaq, en juin dernier, n’a guère profité à ses actionnaires. En six mois, le titre a cédé 32%. Entre-temps, les investisseurs américains ont perdu de leur appétit pour les start-up d’innovation médicale. L’indice Nasdaq Biotech a reculé de 25% en­tre mi-juillet et fin septembre. Celyad a aussi manqué d’actualité alors que le développement du C-Cure, son candidat-médicament le plus avancé, reste suspendu aux États-Unis.

Spécialisé dans la thérapie cellulaire, Celyad a mis au point avec un centre hospitalier universitaire américain (Mayo Clinic) une plateforme technologique spécialisée dans la différenciation cardiaque des cellules souches multipotentes. Le principe : produire des cellu­les «précardiaques» à partir de prélèvements dans la moelle osseuse des patients. Réinjectées dans le muscle cardiaque, celles-ci peuvent contribuer à sa régénération.

C-Cure fonctionne sur ce principe et s’adresse aux patients touchés par une insuf­fisance cardiaque ischémique, sou­vent à la suite d’un infarctus. La phase finale des essais clini­ques est en cours en Europe. Les résultats intermédiaires sont con­vaincants et la concurrence a un temps de retard. 

Diversifications

Pour ne pas dépendre de ses seuls projets en cardiologie, Celyad s’est diversifié. En 2014, la société a débauché un dirigeant de Cellectis, Georges Rawadi, puis

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gpienss le mercredi 9 déc 2015 à 17:06

    Très belle société qui se développe à partir de technologies sélectionnées chez des centres de recherche américains : C-CURE, CAR T NK, CORQUEST