Celyad : touché en plein coeur

le
3
Laboratoire Celyad. (© Celyad)
Laboratoire Celyad. (© Celyad)

Après les échecs d’Abivax dans l’hépatite B et de Genticel dans l’infection au HPV, c’est la biotech belge Celyad qui s’écroule. Son candidat-médicament C-Cure, une thérapie cellulaire pour traiter l’insuffisance cardiaque, n’est pas parvenu à démontrer son efficacité, par rapport au placebo. Il était évalué dans un essai clinique finale (phase III, baptisé Chart-1) et dont les résultats viennent d’être publiés.

Après plusieurs heures de suspension, l’action de Celyad (ex-Cardio 3) a rouvert en chute de 36%.

Pourtant tout n’est pas noir. La société explique qu’en ne retenant qu’un échantillon des patients, représentant 60% des quelques 272 personnes engagées dans l’étude, le médicament démontre son efficacité de façon statistiquement significative (soit une «valeur p» inférieure à 0,05 ; en l’occurrence, elle est de 0,015).

Cet échantillon est basé sur le critère du «volume télédiastolique» (une mesure de la capacité du cœur à pomper et éjecter le sang). Ce volume télédiastolique a été mesuré lors de l’entrée des patients dans l’étude (et non recalculé après l’obtention des résultats).

«Forts du soutien de nos experts médicaux, nous déposerons auprès de l’agence européenne du médicament un dossier de demande de mise sur le marché pour C-Cure sur la base de ces résultats et pour la catégorie de patients pour lesquels les

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • horatio il y a 5 mois

    elle n'avait que des résultats correct sur les essais in vitro ou sur les souris. Ce qui est fantastique avec Celyad, c'est que leur techno de reprogrammation fonctionne encore mieux in vitro et sur les souris !!!!! On peut donc y croire. Et très fort même. Il faudra tout de même attendre la preuve en phase 3 bien évidemment.

  • horatio il y a 5 mois

    C'est une honte que de voir ce qu'écrit custode. Meme si c-cure n'était pas assurée de réussite, la partie oncologie pourrait être prometteuse.Il s'agit d'une discipline qui a des antécédants qui donnent de bons résultats chez les concurent s(cellectis) même s'il y a quelques differences . Or si Cellectis a déjà soigné de manière incroyable (et sans doute chanceuse) deux enfants en leur injectant des doses massive de cellules reprogrammées pour tuer leur cancer,

  • custode il y a 5 mois

    Dans les conditions actuelles, il est hors de question que le management de Celyad obtienne quoi que ce soit. D'autre part, il y a fort à parier que cette société connaisse le même échec en oncologie. Triste fin pour une biotech qui avait laissé espérer plus que de raison les patients atteints du coeur. Bref, ne nous attardons pas sur ce qui ne mérite pas d'attention et tournons-nous vers des sociétés de recherche plus solides comme Galapagos, par exemple.