"Celui qui nous qualifie de milice en veut à l'Irak"

le
0
Des combattants chiites de la mobilisation populaire sur la route de Mossoul, le 20 octobre 2016.   
Des combattants chiites de la mobilisation populaire sur la route de Mossoul, le 20 octobre 2016.   

Pour les chiites d'Irak, ce sont des forces libératrices héroïques. Pour beaucoup de sunnites, ce ne sont que des milices sectaires assoiffées de sang. À n'en pas douter, les « unités de mobilisation populaire » (Hachd al-Chaabi) font beaucoup parler d'elles en Irak. Créée au lendemain de la prise de Mossoul par Daech, en juin 2014, à la suite de l'appel de l'ayatollah Sistani à la « mobilisation populaire » contre les djihadistes, cette soixantaine d'unités paramilitaires s'est révélée indispensables dans la reconquête du territoire irakien.

Regroupant plusieurs dizaines de milliers de combattants, en majorité chiite, ces milices sont pourtant accusées d'avoir perpétré de nombreuses exactions contre les populations sunnites des zones libérées. Parmi les brigades les plus importantes figurent Asaïb Ahl al-Haq (La ligue des vertueux). Soutenu par l'Iran et favorable à l'instauration d'une théocratie en Irak, ce groupe islamiste chiite fournirait plusieurs milliers de combattants au « Hashd ». Recevant Le Point dans le cossu QG du parti à Bagdad, Mahmoud Rabaei, porte-parole du bureau politique, lève un coin de voile sur cette milice ô combien controversée.

Le Point : Qu'est-ce qu'une « unité de mobilisation populaire » ?

Mahmoud Rabaei : Le Hachd Shaabi (ou unité de mobilisation...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant