Celta Vigo, la fausse surprise

le
0

Propulsé dans les hautes sphères de la Liga grâce à son début de saison tonitruant, le Celta Vigo revient au premier plan à l'aide d'un mélange entre collectif huilé et belles individualités. Si leurs récentes performances peuvent surprendre, en réalité, cela est dû à tout sauf au hasard.

Mécanique, explosif et sans aucune once de pitié. En ce mercredi 23 septembre à Balaídos, quelque chose de magique est en train de se produire. Déjà devant au score malgré la réduction de l'écart par Neymar, le Celta Vigo garde un avantage de deux buts contre le FC Barcelone. Leaders incontestés avec quatre victoires pour autant de journées disputées, les Catalans prennent l'eau à Vigo, face à une équipe pourtant pensionnaire de la Liga Adelante il y a seulement trois saisons. Entré à la place de Iago Aspas quatres minutes auparavant, John Guidetti effectue un contrôle propre sur le centre tendu de Hugo Mallo, pour fusiller Ter Stegen de près. Le Suédois part bras écartés vers le public celeste, quand de l'autre côté, Lionel Messi baisse les yeux et lâche un crachat. 4-1, fin du spectacle. Le Barça subit de plein fouet la loi d'une équipe bâtie pour jouer, séduire et, donc, gagner. Vigo fait son grand retour, et à vrai dire, les adeptes de l'esthétisme ne peuvent que s'en réjouir.

Mouriño, l'homme providentiel


Si le Celta est aujourd'hui aussi dangereux à affronter pour toutes les équipes de Liga, c'est qu'à la base, la situation économique du club est redevenue stable. Dans une saison 2003-2004 où le club est éliminé en huitièmes de finale de la Ligue des champions contre Arsenal (2-3, 0-2), le pain quotidien du championnat est beaucoup moins glorieux : une dix-neuvième place, synonyme de relégation. Forte tête, le club parviendra à remonter l'année suivante, mais ses difficultés financières ne lui permettent plus de s'installer durablement dans l'élite. Ancien milieu de terrain du Celta Vigo entre 1996 et 1998, Daniel Dutuel explique ce phénomène : "Comme dans beaucoup de clubs, on savait que les droits télé donnaient de l'argent aux clubs, pour ensuite les investir dans les transferts, explique l'actuel assureur de footballeurs. Quand la période de crise est arrivée, les clubs qui avaient fait n'importe quoi se retrouvaient en difficulté."

Le Celta Vigo n'échappe pas à la règle et se retrouve très vite à squatter le bas de tableau de Liga Adelante entre 2007 et 2010. Dans leur galère, les Célticos vont toutefois trouver leur futur phare pour des saisons à venir : Carlos Mouriño. Président du club depuis l'été 2006, l'entrepreneur originaire de Vigo est le point de départ de cette renaissance. "Il a sorti le club de ses difficultés…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant