Célébrations du 6 juin : Poutine est «le bienvenu», assure Hollande

le
0
Célébrations du 6 juin : Poutine est «le bienvenu», assure Hollande
Célébrations du 6 juin : Poutine est «le bienvenu», assure Hollande

Malgré la crise ukrainienne, le président russe est «le bienvenu» aux commémorations du 6 juin en Normandie. François Hollande l'a redit ce jeudi 8 mai alors qu'il célébrait le 69e anniversaire du 8 mai 1945. «On peut avoir des différends avec Vladimir Poutine mais moi je n'oublie pas et n'oublierai jamais que le peuple russe a donné des millions de vie» lors de la Seconde Guerre mondiale, a expliqué le chef de l'Etat au micro de France 2.

«J'ai dit à Vladimir Poutine que comme représentant du peuple russe, il est le bienvenu pour ces cérémonies», a ajouté François Hollande. 

L'invitation n'est pas tombée dans l'oreille d'un sourd. L'ambassadeur russe en France a confirmé la venue de Vladimir Poutine le 6 juin prochain en Normandie. «Le président Poutine a été invité par le président Hollande (...). Il a accepté cette invitation, il viendra le 6 juin, il sera en Normandie», a confirmé Alexandre Orlov sur BFMTV. 

«La nouvelle que le président Poutine participe à la rencontre en Normandie me réjouit", a pour sa part déclaré Angela Merkel, la chancelière allemande, qui doit elle aussi assister aux cérémonies, tout comme le président américain Barack Obama. «Je souhaitais que nous puissions, malgré nos opinions différentes, et malgré les conflits importants (...) célébrer cette période difficile de la Deuxième Guerre mondiale. Je trouve donc que c'est une bonne nouvelle, a-t-elle insisté. «Maintenant, il faut attendre le 6 juin, il peut se passer encore beaucoup de choses d'ici là», a toutefois ajouté Merkel.

Le Drian : «C'est dans l'ordre des choses»

«C'est dans l'ordre des choses qu'il vienne, ce serait une insulte à tous ces morts qu'il ne puisse pas le faire», avait déclaré plus tôt le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, invité sur BFMTV-RMC. Et d'ajouter : «La bataille de Normandie n'aurait pas abouti s'il n'y avait pas eu de l'autre côté le front de l'Est (...) ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant