"Cela a été très dur de lever des fonds", Stéphane Treppoz, président de Sarenza

le
0

Avant de devenir le numéro français de la chaussure en ligne, Sarenza a dû "se battre pour convaincre les investisseurs", surtout face à la concurrence américaine et chinoise explique Stéphane Treppoz, président de l'entreprise. "Cela a été très dur de lever des fonds" explique-t-il, "Mais ce n'est pas impossible. Heureusement que la BPI (Banque publique d'investissement) existe !"

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant