Cécité : deux molécules efficaces, l'une à 30 euros, l'autre à 1200

le
0
Contre la dégénérescence maculaire liée à l'âge, une nouvelle étude démontre l'intérêt de l'Avastin, quarante fois moins cher que le Lucentis.

La dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) concerne à des degrés divers près d'un million de personnes en France. Cette affection se traduit par une dégénérescence progressive des cellules centrales de la rétine. Deux formes existent, l'une dite atrophique pour laquelle il n'y a aucun médicament à part des compléments alimentaires, l'autre dite humide (25 % des cas), liée à une prolifération de néovaisseaux derrière la rétine et qui peut bénéficier d'un traitement efficace.

En effet, depuis 2007, a été autorisée sur le marché mondial une molécule commercialisée en France par Novartis, le Lucentis, et qui, injectée dans l'½il à intervalles réguliers, contribue à stabiliser, voire à faire régresser la maladie. Le coût de ce produit, 1200 euros la dose, pourrait faire exploser le budget de l'Assurance-maladie si tous les patients qui en ont besoin en bénéficiaient. Or il se trouve qu'une autre molécule, prescrite habituellement dans le

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant