Cécile Kyenge, une ministre italienne face au racisme

le
0
Depuis sa nomination en avril, la ministre de l'Intégration du gouvernement Letta est la cible privilégiée de l'extrême droite italienne.

Elle est la première femme noire dans un gouvernement italien. Cécile Kyenge, ministre de l'Intégration, a tout enduré: les insultes racistes, les jets de bananes et même un appel au viol... Le dernier incident en date remonte à septembre. Trois mannequins recouverts de sang factice étaient déposés devant un bâtiment administratif à Rome, accompagnés de tracts portant l'inscription: «L'immigration, c'est le génocide des peuples. Kyenge, démission!» Depuis sa nomination au gouvernement en avril, cette femme d'origine congolaise est devenue la cible privilégiée de la Ligue du Nord et d'autres groupuscules d'extrême droite. Sa boîte mail et son compte Facebook croulent sous les menaces. Quatre gardes du corps veillent sur elle lors de ses déplacements.

Cécile Kyenge est née au Congo en 1964. Elle est arrivée en Itali...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant