Cécile Duflot fait la promotion de l'habitat partagé à Lyon

le
2

VILLEURBANNE, Rhône (Reuters) - La ministre française du Logement, Cécile Duflot, s'est engagée lundi à mettre en place les outils législatifs nécessaires à la promotion des coopératives d'habitants, une solution peu utilisée en France malgré la crise du logement.

Le projet de loi pour l'accès au logement et un urbanisme rénové (Alur), qui sera présenté en conseil des ministres le 26 juin, va permettre de bâtir plus facilement ces sociétés d'autopromotion, a-t-elle expliqué lors de la visite de la première coopérative d'habitants à ouvrir ses portes en France.

Dans cet immeuble à ossature de bois conçu par ses habitants à Villeurbanne (Rhône), les 14 ménages du "village vertical" partagent des équipements - une buanderie, une cuisine, un potager, quatre chambres d'amis et même une baignoire, en plus des salles de douche propres à chaque appartement.

"La coopérative d'habitants n'est pas un concept daté mais au contraire ultra moderne", a dit Cécile Duflot. "Elle incarne une certaine idée de la solidarité en ville."

Le projet de loi qu'elle défendra le 26 juin permettra de donner un cadre juridique à cette forme d'habitat partagé.

"On va créer une troisième voie, entre le public et le privé, pour le logement en France", a-t-elle souligné. "C'est aussi une façon de répondre à la pénurie de logement."

La loi abordera également la question des garanties financières et prévoira une clause de non spéculation ainsi que des tarifs indexés sur le coût de la vie.

"Dans le vide juridique actuel, le parcours était jusqu'à présent très acrobatique et très long", a reconnu la ministre.

Il a en effet fallu pas moins de sept ans à ses initiateurs pour monter le projet de Villeurbanne. Gudrun Mülher, qui vient d'emménager, a fait partie de l'aventure depuis son origine.

"Moi, j'y ai toujours cru, mais certains ont abandonné en cours de route et le groupe s'est renouvelé plusieurs fois", dit-elle. Elle apprécie "le côté collectif, le fait de pouvoir mutualiser les équipements et les relations humaines."

Parmi ses voisins, on trouve un jeune ouvrier, un ancien enseignant de lycée, une cantatrice, un professeur de violon et un informaticien qui sont collectivement l'unique propriétaire de l'immeuble et le gèrent démocratiquement.

Les nouveaux dispositifs législatifs doivent permettre d'accélérer les projets en cours en France. Cinquante sont actuellement en phase d'étude opérationnelle et 300 en cours de construction. Pour l'autopromotion, on compte près de 75 opérations pour un total de 500 logements.

Balbutiant en France, ce concept de logement revêt une réalité à l'étranger. En Suisse, l'habitat participatif représente 5% du parc immobilier, soit 130.000 logements. En Norvège la proportion monte à 15% du parc et 40% à Oslo.

Catherine Lagrange, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • manx750 le lundi 17 juin 2013 à 19:56

    Dans son luxueux appartement de fonction elle partage sa baignoire avec Montebourg ou avec son concièrge ? lol de lol ! Vive la Sociale ! vive la Hollandie socialiste populaire et démocratique !

  • M1531771 le lundi 17 juin 2013 à 18:57

    Quelle horreur, vous vous voyez vous partager votre quotidien et votre baignoire avec cette petite con.ne ?!? Quelle horreur !