«Ce type d'action ne peut pas se faire sans complicités»

le
0
INTERVIEW - Spécialiste d'al-Qaida, Mathieu Guidère voit en Mohamed Merah un personnage complexe mêlant un engagement djihadiste et un mode d'action de loup solitaire.

Mathieu Guidère, universitaire, est spécialiste des mouvements radicaux et d'al-Qaida. Il est notamment l'auteur des Nouveaux Terroristes et du Choc des révolutions arabes (éditions Autrement). Il donne un éclairage sur le profil de Mohamed Merah et évoque les différences entre salafistes et djihadistes et les évolutions de ces mouvements après le printemps arabe.

LE FIGARO. - Selon le ministre de l'Intérieur, Mohamed Merah s'est radicalisé dans un groupe salafiste. Pouvez-vous revenir sur les différences entre salafistes et djihadistes?

Mathieu GUIDIÈRE. - Auparavant, il y avait une mouvance importante, le Salafia Jihadia, avec les mêmes objectifs - revenir au passé - et les mêmes modes opératoires - le terrorisme, la violence. En 2011, la mort de Ben Laden et le printemps arabe, qui bouleverse la donne, renverse les régimes et conduit des islamistes au pouvoir, ont provoqué une scission entre les salafistes et les djihadistes. Les premiers ont accepté d'entrer

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant