Ce qui pourrait priver les Allemands de victoire...

le
0
Ce qui pourrait priver les Allemands de victoire...
Ce qui pourrait priver les Allemands de victoire...
La suprématie des Allemands sur cette Coupe du Monde, l'humiliation infligée au Brésil ou encore le contexte favorable : tout laisse penser à un succès de l'Allemagne en finale. Mais ce match n'est pourtant pas gagné d'avance.

La démonstration face au Brésil, la journée de récupération supplémentaire et l'usure inévitable de son adversaire en finale. Les indices qui laissent croire à une promenade de santé de l'Allemagne face à l'Argentine, dimanche au Maracana, sont nombreux. Mais attention car les apparences peuvent être trompeuses à J-2 de cette finale que beaucoup imaginent à sens unique.

L'incertitude Hummels

Avec Thomas Müller et Toni Kroos, Mats Hummels est le meilleur joueur de l'Allemagne sur cette Coupe du Monde. Avec ou sans lui, la défense allemande affiche une solidité bien différente. Lorsqu'il est là, rien ne semble pouvoir la faire vaciller. En revanche, en son absence, tout paraît de nouveau permis aux attaquants adverses. Ce n'est pas un hasard si l'Allemagne a livré l'un de ses moins bons matchs face à l'Algérie. Privée de son pilier de la charnière, la Mannschaft avait beaucoup souffert, passant même tout près de la correctionnelle en première mi-temps. Mais dès le retour du roc de Dortmund au match suivant, la lumière est revenue. Impérial dans le jeu aérien, Hummels avait en plus fait chuter les Bleus en inscrivant son premier but du tournoi. Mais grosse inquiétude côté allemand à deux jours de la finale : Hummels n'est pas sûr de pouvoir tenir sa place. Souffrant d'une tendinite à un genou, il a été ménagé en seconde mi-temps face au Brésil. Sans lui, l'Allemagne pourrait craindre le pire face à l'Argentine.

Le risque de décompression

Joachim Löw assure que son équipe ne s'est pas attardée sur la victoire après la démonstration face au Brésil. A entendre le sélectionneur allemand, toutes les têtes étaient déjà tournées vers la finale. L'Allemagne ne connaissait alors pas encore le nom de son adversaire. Mais le scénario de la demi-finale aurait donné la possibilité à Phillip Lahm et ses coéquipiers de décompresser dès la pause avant de savourer sans excès la qualification. « Dans le vestiaire, c'était étonnamment calme, relate même Hummels. On savait depuis plus d'une heure qu'on était qualifiés et c'est différent par rapport à des matchs serrés. La grande émotion n'arrive pas juste après le coup de sifflet final. » Löw parlait d'humilité en quittant Belo Horizonte mardi. En manquer face aux Argentins pourrait être fatal aux bourreaux du Brésil.

Le talent de Messi

Avant de passer par les tirs au but pour éjecter les Pays-Bas du Mondial, l'Argentine était la seule équipe du tournoi à avoir gagné tous ses matchs. Un détail qui n'en est pas un pour cette équipe qui ne doit pas sa place en finale au hasard ni à la chance. Certes, les Argentins n'ont pas séduit lors de leur demi-finale. Ils ont en plus été abandonnés par Messi, le seul avec Di Maria à donner le sentiment de pouvoir emmener son équipe vers les sommets dans cette Coupe du Monde. Au sortir de ce match loin d'être convaincant face aux Néerlandais, on aurait tendance à oublier que l'Argentine reste un grand pays de football. Et qu'il peut poser de sérieux problèmes à l'Allemagne en finale. Surtout si Messi retrouve son niveau des matchs précédents. Le quadruple Ballon d'Or semble faire un complexe devant Manuel Neuer, l'exceptionnel gardien allemand auquel il n'a encore jamais marqué de but. Un grand Messi pourrait permettre à l'Argentine de refaire le coup de 1986. Le héros se nommait alors Maradona...

Le soutien de tout un peuple

Pour créer l'exploit face à cette incroyable équipe d'Allemagne, l'Argentine devrait pouvoir compter sur un soutien massif de ses supporters. Tandis que la qualification des Argentins aux dépens des Pays-Bas a donné lieu à des scènes de liesse dans les rues de Buenos Aires, près de 20 000 supporters argentins sont d'ores et déjà annoncés dimanche au Maracana pour soutenir Lionel Messi et ses partenaires. Proximité géographique oblige, les Argentins, venus en voisins, étaient près de 30 000 pour suivre le quart de finale face à la Belgique. Le pays figure d'ailleurs parmi les mieux représentés dans les tribunes des différents stades brésiliens depuis le début de cette Coupe du Monde. Loin derrière les intouchables Etats-Unis, qui ont présenté un peu plus de 197 000 fans au Brésil, l'Argentine frappe fort avec un peu plus de 61 000 fidèles à avoir fait le déplacement. Un soutien en masse et inconditionnel.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant