" Ce qui me plaît, c'est le barbecue coréen "

le
0

Depuis le début de l'été, Frédéric Mendy (vingt-huit ans), ancien joueur d'Évreux en CFA 2, promène sa grande carcasse sur les terrains de la K-League. Après avoir bourlingué au Portugal, l'attaquant international bissau-guinéen a donc rejoint la Corée du Sud sous les couleurs du Ulsan Hyundai. À l'aventure !

En 2010, tu quittes Évreux pour l'Étoile FC, à Singapour. Raconte-nous cette première expérience en Asie...
J'ai été repéré par Patrick Vallée, quand il entraînait Pacy-sur-Eure en National. Il m'a proposé de le rejoindre à l'Étoile FC, un club de joueurs francophones, à Singapour. On a gagné le championnat et la Coupe. J'ai continué dans un club local, Home United, on a gagné une Coupe. Est-ce que ça m'a fait peur d'aller à l'autre bout du monde ? Non, moi, je suis un amoureux du football, j'ai pris Singapour comme un tremplin. C'est marrant, à l'époque, au United, j'ai eu un coach coréen. Il m'a proposé à des clubs coréens, mais ça n'a pas été concluant.

Venons-en à la Corée du Sud. Après trois saisons au Portugal, entre Estoril, Moreirense et Madère, tu atterris fin juin à Ulsan. Comment ça se passe ?
On m'a dit que si je venais ici, je tuerais ma carrière. Moi, je ne voyais pas ça comme ça. Si ça ne marchait pas, au moins j'aurais tenté. Je me suis dit : pourquoi ne pas aller là-bas, encore à l'aventure ? Et je ne regrette pas du tout, au contraire. Je suis plutôt surpris, je ne m'attendais pas à me fondre dans le moule aussi facilement. Pour mon premier match officiel, on est menés 1-0, l'entraîneur me fait entrer. Et je marque le but de la victoire lors de la toute dernière action ! Au total, j'en suis à sept buts en quatorze matchs. J'entame mon troisième mois en Corée, je suis épanoui, j'ai tout ce qu'il me faut. Il y a juste le manque de la famille comme d'habitude...

En quoi étais-tu agréablement surpris ?
Parce qu'ici, ils ne regardent pas le CV. En Corée, même si tu n'es pas un grand nom, tu peux réussir avec tes qualités. Si tu es bon, alors on te fait confiance. C'est ce que j'apprécie.

Comment définirais-tu la mentalité coréenne ?
« Ils sont gentils avec toi, ils te ramènent des cafés pour rien. Ils te mettent à l'aise, en fait. »
Ils sont super respectueux des gens plus âgés, ils sont très carrés là-dessus. Ils sont travailleurs. Le coach ne rigole pas toutes les cinq minutes, on déconne de temps en…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant