Ce qui attend le PSG

le
0
Ce qui attend le PSG
Ce qui attend le PSG

Un vrai plateau de rêve, des champions d'Europe à la pelle, les huit meilleures équipes d'Europe réunies à l'entame de la dernière ligne droite vers Lisbonne et la finale de la Ligue des Champions le 29 mai prochain, voici le tableau avant le tirage au sort de vendredi. Retour sur les forces et faiblesses des sept équipes que pourrait affronter le PSG.

Il faut les éviter : le Bayern Munich, le Real Madrid et le FC Barcelone

Evidemment, le Bayern Munich est la grosse cote de cette édition 2013-14 de la Ligue des Champions. D'abord parce que le club bavarois est tenant du titre, mais aussi et surtout car il semble plus fort que jamais. Sans rival en Bundesliga (23 victoires, 2 nuls et? 0 défaite), où il pourrait remporter son 24eme titre national dès samedi face à Mayence, le Bayern Munich n'a que peu d'équivalent aujourd'hui dans le monde. En se débarrassant d'Arsenal sans vraiment forcer, les hommes de Pep Guardiola ont montré qu'il faudrait compter sur eux encore cette année. Seule ombre au tableau : la démission d'Uli Hoeness, condamné à trois ans de prison ferme pour fraude fiscale. Mais ce fait de justice pourrait au contraire galvaniser les Munichois qui appréciaient beaucoup leur ancien président. Désormais, la motivation n'en est que plus grande au sein de la maison bavaroise.

Le Real Madrid n'a jamais paru aussi impressionnant depuis longtemps. Dans le sillage d'un Cristiano Ronaldo qui n'en finit plus de tomber les records (ndlr : Le Portugais est devenu le quatrième buteur de toute l'histoire du Real Madrid après son doublé mardi contre Schalke 04), les Merengue réussissent tout ce qu'ils entreprennent. Leader de Liga devant l'Atlético et le Barça, la Maison Blanche possède une attaque de feu (3,6 buts de moyenne cette saison en C1) et vient d'écraser Schalke (6-1, 3-1) en huitièmes de finale. Gareth Bale et Karim Benzema sont en feu. Bref, on souhaite bien du courage à l'équipe qui devra affronter ce Real Madrid-là.

Le Barça n'est peut-être pas le plus fort de ces dernières saisons mais il reste le Barça. Et on peut compter sur les stars de cette équipe pour se réveiller au moment opportun. Après tout, l'an passé, sans être génial, le club catalan avait réussi à sortir le PSG à ce stade de la compétition. Avec un Lionel Messi sur une jambe? Aujourd'hui, l'Argentin semble revenir à son meilleur niveau après un hiver tronqué par les blessures. Et le champion d'Espagne n'a pas eu besoin de forcer son talent contre Manchester City en huitièmes de finale. Après deux saisons blanches sur le plan européen, les Blaugrana semblent prêts à lutter à nouveau pour la victoire finale. D'autant qu'un triplé est toujours possible cette saison.

Il faut s'en méfier : Chelsea et l'Atlético Madrid

Chelsea n'est pas leader de Premier League par hasard. Encore une fois, José Mourinho a réussi à faire des Blues une équipe homogène avec un amalgame de joueurs expérimentés (Eto'o, Terry, Lampard) et de talents bruts (Hazard, Oscar, Willian). Sans faire de bruit, le club londonien avance en toute sérénité dans une Ligue des Champions qu'il apprécie tout particulièrement pour l'avoir remporté en 2012 face au Bayern Munich. Même si les Blues peinent à trouver une attaque performante malgré la présence de Fernando Torres et Demba Ba, sa solidité défensive n'est plus à démontrer. Le club londonien reste quand même une équipe redoutable cette saison.

C'est peut-être l'équipe surprise de ces quarts de finale. Personne n'attendait en effet l'Atlético Madrid parmi les huit meilleures équipes d'Europe. Finalement, au regard du parcours des Colchoneros en Liga, c'est plutôt mérité. D'autant que la formation madrilène vient de disposer très facilement du Milan AC (1-0, 4-1). Si la performance est à mettre en perspective par rapport à la forme actuelle de l'équipe italienne (seulement 11eme de Serie A), l'Altético affiche de belles promesses dans le jeu et dans l'envie. Porté par leur bouillant entraîneur, Diego Simeone, cette équipe espagnole est à prendre très au sérieux. D'autant qu'avec Diego Costa, elle possède l'un des meilleurs attaquants européens. Toutefois, son inexpérience à ce niveau (éliminations en phase de poules en 2009-10, en 8emes en 2008-09 et en quarts en 1996-97) et la faiblesse de son banc pourrait lui jouer des tours face à un grand d'Europe.

Ils sont un cran en-dessous : Manchester United et Borussia Dortmund

Il aura donc fallu un miracle mercredi soir contre l'Olympiacos pour voir Manchester United sortir enfin la tête de l'eau. Car depuis le départ de Sir Alex Ferguson, les Red Devils naviguent en eaux très troubles. Son successeur désigné, David Moyes, n'arrive pas à trouver la bonne formule pour continuer sur les traces de son illustre prédécesseur. Si bien que Man U ne fait aujourd'hui plus vraiment peur à personne. Demandez à Liverpool qui vient d'humilier MU le week-end dernier à Old Trafford (3-0). Largué dans la course à la Ligue des Champions, Manchester United n'a aujourd'hui plus qu'une compétition où briller. Mais en ont-ils vraiment les moyens ?

Finaliste la saison passée, le Borussia Dortmund apparaît moins saignant cette année. En témoigne sa défaite surprenante à domicile face au Zenit Saint-Pétersbourg (2-1) mercredi soir. Heureusement, les hommes de Jürgen Klopp avaient fait le travail en Russie (4-2). L'an passé, le parcours européen qui avait mené les Allemands jusqu'en finale avait pourtant débuté en quarts de finale après une qualification arrachée dans les arrêts de jeu face à Malaga. Le BVB est-il capable de refaire le coup ? C'est loin d'être évident. Amputé de nombreux titulaires, blessés, le dauphin du Bayern Munich devra en plus faire sans Robert Lewandowski lors du quart de finale aller. Et sans son meilleur buteur, le Borussia Dortmund fait moins peur.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant