Ce qui a forcé Cahuzac à passer aux aveux

le
3
Après des mois de démentis à répétition, l'ex-ministre du Budget a appris il y a quelques jours que les autorités suisses détenaient la preuve de l'existence de son compte caché.

Au premier jour du printemps, Jérôme Cahuzac a derrière lui un hiver de mensonge et il décide de dire, enfin, la vérité. Le 21 mars, il déjeune dans un restaurant italien de Saint-Germain-des-Prés avec un pénaliste parisien connu pour son talent, ses opinions de droite et son goût des réseaux. Un journaliste, présent par hasard, assiste à cette scène: un comédien célèbre assure chaleureusement l'ancien ministre de son soutien. L'intéressé glisse à son ami: «Que pensera-t-il quand il saura?»

Jusque-là, il avait tenu bon, jurant à la terre entière qu'il n'avait jamais détenu de compte à l'étranger. Son avocat de l'époque, Me Gilles August - patron d'un cabinet au sein duquel, coïncidence piquante, a collaboré Bernard Cazeneuve, successeur de M. Cahuzac au Budget -, assigne Mediapa...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • farouxfr le lundi 8 avr 2013 à 11:58

    Pourquoi les politiciens ne feraient-ils pas une déclaration de patrimoine pour se présenter à un scrutin ? Si par la suite la déclaration s'avère mensongère l'élection est invalidée et une amende au prorata infligée au contrevenant. Pour un homme publique tout doit être connu, sinon il ne peut l'être !

  • A4DF14 le dimanche 7 avr 2013 à 18:15

    attendons de voir combien il a fraudé pour voir, on parle de 15 millions, celà montre que même de geuche on peut en profiter comme un malade.Sur qu'aux prochaines élections la machine à laver ne va pas laver que les égouts mais on va aussi se débarraser des parasites qui nous empoisonnent la vie. Pendant ce temps , zgmentation de la taxe télé pour engraisser nos animateurs qui nous font des programmes qu'on pourrait aussi mettre dans la machine à laver.

  • mlaure13 le jeudi 4 avr 2013 à 08:41

    L’hyperchleuasme (consiste à se déprécier et avouer un forfait afin d'en cacher un plus grand). Donc d'avouer un ensemble de fautes commises par les politiques dans le cadre de la sociale-démocratie : oui nous cumulons les mandats, oui nous nous en mettons plein les poches, oui nous avons des cagnottes en argent liquide, oui nous sommes coupables... pour masquer le fait que la sociale-démocratie est, fondamentalement, philosophiquement et légalement un système basé sur la corruption.