Ce que vont faire les recalés

le , mis à jour à 07:00
0
Ce que vont faire les recalés
Ce que vont faire les recalés

C'est l'heure de vérité ! Ils étaient treize sur la ligne de départ, ils ne sont désormais plus que huit à concourir à la primaire de la droite. Hier, les candidats affiliés au parti les Républicains ont déposé leurs parrainages — chacun devait obtenir le soutien de 250 élus, dont 20 parlementaires, et de 2 500 adhérents — auprès de la haute autorité. Une simple formalité pour Sarkozy (qui affiche le soutien de... 20 000 militants), Fillon, Juppé et Le Maire. La marche a été plus difficile à franchir pour Jean-François Copé. Le suspense aura été à son comble pour Nathalie Kosciusko-Morizet, qui a annoncé sa candidature sur France 2 la veille. Hervé Mariton, lui, a décroché le parlementaire qui lui manquait... hier après-midi ! Si la haute autorité, qui se donne jusqu'au 21 septembre pour s'assurer de la validité des parrainages, leur donne le feu vert, ils pourront être officiellement candidats.

 

Deux autres compétiteurs surprises, dont un certain Michel Guénaire, le président de Société civile 2017, ont aussi déposé leur candidature au motif qu'ils étaient à la tête de partis politiques, ce qui les dispenserait, comme Jean-Frédéric Poisson du Parti chrétien-démocrate, le huitième homme de la primaire, de la chasse aux parrainages. « Mais ils n'ont pas conclu d'accord avec le bureau politique des Républicains, donc leur candidature ne sera pas validée », tranche Thierry Solère, l'organisateur de la primaire. Même sanction en perspective pour Frédéric Lefebvre, qui espère lui aussi pouvoir se qualifier par le biais de son microparti, Nouveaux Horizons.

 

Guaino se lance en solo

 

Pour les quatre autres compétiteurs, c'est la fin de l'aventure. Henri Guaino veut encore y croire : il se lance, seul, dans la course à la présidentielle. « Il n'a pas pu obtenir 250 parrainages d'élus et il pense qu'il va récolter 500 signatures », s'amuse un député les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant