Ce que peut encore négocier la défense de DSK

le
0
D'ici au procès, plusieurs scénarios peuvent interrompre la procédure engagée.

La tentation est forte, au pays de l'argent roi et des libérations sous caution à un million de dollars, de penser que tout «s'achète». Si la transaction est admise dans la procédure américaine, elle est cependant balisée. En voici les règles.

• DSK peut-il négocier directement avec la victime présumée ? 

Dans l'absolu, tout est possible. Mais le scénario de tractations secrètes entre la défense et la plaignante n'est quand même pas le plus probable. Les risques sont élevés pour un bénéfice incertain. «Il serait suicidaire judiciairement d'approcher la victime et de lui proposer des dollars pour obtenir un retrait de sa plainte, assure Me Martine Boucarra, qui a travaillé au parquet de New York. En plus, cela serait contre-productif et passerait pour une façon d'entraver le cours de la justice.» En revanche, des contacts peuvent être noués entre les avocats de l'ancien directeur du FMI et Jeffrey Shapiro, le conseil de la femme de chambre du Sofitel.

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant