Ce que l'on sait de la famille de Leonarda

le
13
L'expulsion de Leonarda et de sa famille a déclenché une véritable tempête en France.
L'expulsion de Leonarda et de sa famille a déclenché une véritable tempête en France.

Depuis la révélation de l'interpellation, le 9 octobre, de Leonarda, une collégienne, lors d'une sortie scolaire, afin qu'elle soit expulsée en même temps que sa mère et ses frères et soeurs, les informations contradictoires se succèdent. Que sait-on vraiment sur cette affaire ? La loi a-t-elle été respectée ? Le Point.fr a démêlé le vrai du faux. La police a-t-elle respecté la procédure ? Les résultats de l'enquête administrative sur les "conditions d'éloignement" et la procédure d'interpellation de la jeune fille seront rendus au gouvernement ce soir et le Premier ministre doit s'exprimer sur le sujet dimanche. En attendant, les policiers refusent de servir de "boucs émissaires". Patrice Ribeiro, secrétaire général du syndicat Synergie-officiers, affirme que ses collègues sont intervenus avec "beaucoup d'humanité". Les hommes de la police aux frontières (PAF) ne sont "pas montés dans le car et ont fait en sorte qu'elle (Leonarda) ne soit pas soustraite au regard de ses camarades". La jeune fille est donc descendue du bus, avant de rejoindre discrètement - une fois le bus parti - une voiture de police. Un récit corroboré par celui fait pas l'association Réseau Éducation sans frontière (RESF), dont un membre était présent, preuve supplémentaire, selon la police, que cette intervention s'est faite dans les meilleures conditions possible. Reste la question du droit à intervenir lors d'une sortie scolaire. Les associations d'aide...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 2445joye le vendredi 18 oct 2013 à 23:39

    Dans les conditions actuelles, un étranger peut rentrer en France comme dans un moulin, mais pour l'en faire sortir il y a le clapet anti-retour que constituent les recours juridiques des lois françaises et européennes. La raison voudrait qu'on garde les immigrants illégaux qui sont déjà installés et qui veulent rester et qu'on empêche de rentrer ceux qui n'y sont pas encore en rétablissant les contrôles à nos frontières. Le traitement de ce problème par nos dirigeants est ubuesque.

  • o.top le vendredi 18 oct 2013 à 23:01

    et pourtant j'ai voté pour FRANCOIS en 2012 !

  • o.top le vendredi 18 oct 2013 à 23:00

    décidé ! je vote FN aux prochaines élections !

  • o.top le vendredi 18 oct 2013 à 22:59

    dingue où est la tempête ? dans le coeur des journalistes ! qu'ils dégagent ! plus de sous en France c'est clair non ?

  • M6322243 le vendredi 18 oct 2013 à 21:18

    basta:: ces gens la:: et viront la suite

  • M6322243 le vendredi 18 oct 2013 à 21:16

    pourquoi cette censure,,,,,,????????

  • uran le vendredi 18 oct 2013 à 20:25

    Elle et sa sœur ont l'air sympathiques, même si le reste de la famille et surtout le père ne semblent pas l'être. En 4 ans et 10 mois ces faux réfugiés politiques ont coûté cher à la France. A 2 mois près il aurait fallu les garder définitivement à nos frais. Quand même un peu triste pour ces 2 nanas qui sont arrivées jeunes en France et qui y ont vécu leur adolescence. Cela

  • M1531771 le vendredi 18 oct 2013 à 20:10

    On ne leur doit RIEN ! Ne pas l'oublier !

  • M1531771 le vendredi 18 oct 2013 à 19:57

    Et dire que pour cette famille, cette chance pour la France, notre Ministre de l'Intérieur a écourté une visite officielle aux Antilles, méprisant de ce fait le peuple Antillais et lui accordant moins d'importance que cette petite co.nne, ses 5 frères et soeurs, sa mère et son menteur et repris de justice de père...!!! Mon Dieu, mais où allons nous ?!?

  • M3182284 le vendredi 18 oct 2013 à 19:01

    on se demande si la police respecte la procédure mais on se maoque du respect des lois par les étrangers africains ou musulmans; Ne soyons pas surpris des réactions extrêmes dans ce pays coupé en deux, français de souche travailleurs et mûrs, françafrique jeune et vivant de subside et de délinquance