Ce que l'on sait de l'attaque meurtrière à Copenhague

le
0
Ce que l'on sait de l'attaque meurtrière à Copenhague
Ce que l'on sait de l'attaque meurtrière à Copenhague

La fusillade a fait au moins un mort et trois blessés. Plusieurs dizaines de coups de feu ont été tirés ce samedi après-midi contre un centre culturel du nord de Copenhague, où se tenait une conférence-débat sur «l'art, le blasphème et la liberté d'expression». La personne tuée est un civil. Trois policiers figurent parmi les blessés mais leur vie n'est pas en danger. Le caricaturiste suédois Lars Vilks, auteur d'une caricature de Mahomet, l'ambassadeur de France François Zimeray et la Femen Inna Shevchenko étaient présents, mais n'ont pas été blessés.

La fusillade. Programmé à 15 heures au centre culturel Krudttønden, dans un quartier aisé du nord de la capitale danoise, le débat s'intitule «Art, blasphème et liberté». Des dizaines de personnes y assistent. Il se tient sous protection policière du fait de la présence de Lars Vilks, un dessinateur suédois ayant publié une caricature de Mahomet en 2007 (voir plus bas). 

Vers 16 heures, un homme lance l'attaque et tire des dizaines de balles en direction du centre culturel. Une trentaiine d'impacts ont été relevés sur la vitre du bâtiment, selon paresse danoise. «IIs nous ont tiré dessus de l'extérieur. C'était la même intention que Charlie Hebdo sauf qu'ils n'ont pas réussi à entrer», a déclaré à l'AFP l'ambassadeur François Zimeray, joint alors qu'il se trouvait encore sur les lieux. «Intuitivement je dirais qu'il y a eu au moins 50 coups de feu, et les policiers ici nous disent 200. Des balles sont passées à travers les portes et tout le monde s'est jeté à terre», a-t-il raconté. Peu après 16 heures, toujours enfermé dans le bâtiment, il avait simplement écrit sur Twitter : «Toujours vivant dans la salle».

Still alive in the room-- Frankrigs ambassadør (@francedk)-- Février 2015

Clear image of the bullet holes left by gunmen in #Copenhagen terror attack (via video: http://t.co/b7gn6u5Afc) ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant