Ce que l'Europe reproche à Sivens

le
0
Ce que l'Europe reproche à Sivens
Ce que l'Europe reproche à Sivens

«Insuffisances de l'étude d'impact», «altération majeure des milieux aquatiques», «destruction d'habitats», manquement de la République française aux «obligations qui lui incombent»...la lettre de mise en demeure adressée par la commission européenne au gouvernement dans le dossier contesté du barrage de Sivens (Tarn) est très sévère, pointant du doigt la sous évaluation des impacts du projet par les autorités françaises. Dans ce courrier de dix-neuf pages, que vient de rendre public le ministère de l'Ecologie, la commission rappelle que le projet entraînera «la destruction directe de 12,7 hectares de zones humides alluviales à fortes valeurs patrimoniales et en affectera significativement 5,4 hectares supplémentaires».

Après avoir adressé une série de questions à la France le 26 novembre 2013, l'UE a reçu une note de Paris le 7 mars 2014. Mais c'est peu dire que les réponses apportées par le gouvernement n'ont pas convaincu Bruxelles.

Première critique : l'eau

La commission européenne estime que les «autorités françaises ont failli à démontrer que le projet n'entraînerait pas de dégradation écologique de la masse d'eau». «Le projet de retenue de Sivens entraînera une augmentation sensible des prélèvements sur les ressources naturelles afin de soutenir un développement de l'irrigation sur un bassin pourtant considéré comme l'un des plus déficitaires, souligne les experts européens. Or, augmenter des prélèvements est de nature à détériorer l'état de la masse d'eau si celle-ci est déjà en déficit».

Autre grief : l'impact sur la biodiversité

Estimant que «la hauteur de la digue (ndlr.13 m) et l'absence de dispositif de franchissement (passe à poisson) la rendront infranchissable par les espèces piscicoles», l'UE juge que le projet «aura incontestablement un impact sur la faune piscicole, la flore aquatique et les invertébrés benthiques (ndlr.larves, insectes, mollusques ou ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant