Ce que deviennent les victimes de violences sexuelles

le
0
Ce que deviennent les victimes de violences sexuelles
Ce que deviennent les victimes de violences sexuelles

Un cri d'alarme contre «le déni». Inédite, l'enquête sur les trajectoires des victimes de violences sexuelles qui sera dévoilée ce lundi lors d'un colloque au Sénat dresse, sur 368 pages de rapport, «un tableau bien sombre». «Ses résultats démontrent clairement l'existence d'une situation d'urgence sanitaire et sociale», dénoncent ses initiateurs, l'association Mémoire traumatique et victimologie et l'Unicef France. «Nous appelons les pouvoirs publics à une prise de conscience et à la mise en place d'un plan d'action», souligne Laure Salmona, coordinatrice de la campagne Stop au déni*, qui avait lancé il y a un an le questionnaire anonyme sur lequel s'appuie cette enquête. A travers 1214 réponses, dont celles de 1153 femmes, à quelque 181 questions, voici les principaux enseignements de cette étude intitulée «Impact des violences sexuelles, de l'enfance à l'âge adulte» (www.stopaudeni.com/rapport).

Les enfants en première ligne

«L'âge au moment des premières violences sexuelles est la donnée la plus marquante», relève l'enquête : 81% des victimes les ont subies durant l'enfance; une victime sur deux avait moins de 11 ans et 21% moins de six ans. Avant six ans, l'auteur des violences est un membre de la famille dans 70% des cas. Un quart des agresseurs de mineurs sont eux-mêmes mineurs. Les auteurs déplorent que les statistiques sur les violences sur mineur(e)s soient peu documentées; ainsi que celles concernant les personnes âgées, handicapées, très défavorisées et les sans domicile fixe.

Des tentatives de suicide répétées

L'impact des violences sexuelles sur la vie des victimes est très lourd : il se traduit par des tentatives de suicide, parfois répétées. 42% des répondants déclarent avoir tenté de mettre fin à leurs jours au moins une fois. Une victime de viol sur deux. 44% d'entre elles déclarent éprouver «un sentiment de solitude extrême.» 56% ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant