Ce que coûterait une entrée de l'État dans le capital des banques

le
0
Face aux attaques incessantes dont elles font l'objet en Bourse, l'État pourrait reprendre le contrôle des banques. Une opération qui pourrait coûter plus de 20 milliards d'euros

Le mot est sur la bouche de tout un chacun. Attaquées de toute part en Bourse et faisant l'objet des plus folles rumeurs à propos de leurs liquidités, les banques françaises doivent-elles être nationalisées ? Pour le gouvernement, la question ne se pose même pas. «Une nationalisation des banques est prématurée et à côté du sujet», a réagi lundi le ministre de l'Industrie, Éric Besson. Pourtant, alors qu'un défaut de la Grèce est évoqué, la solidité des banques fait débat.

En Bourse, elles semblent ne plus avoir la confiance des marchés financiers qui leur reprochent d'avoir trop prêté non seulement à la Grèce mais également aux autres pays fragiles de la zone euro (Portugal, Espagne, Italie). Depuis juillet, BNP Paribas et le Crédit agricole ont perdu plus de 55% de leur valeur en Bourse et la Société générale, près des deux tiers. Moody's a dégradé d'un cran les notes de la Société générale et du Crédit agricole, et a maintenu celle de BNP Parib

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant