Ce que contient le projet édulcoré de la loi travail

le , mis à jour le
4
Philippe Martinez, secretaire general du syndicat CGT, face a Myriam El Khomri, ministre du travail, Manuel Valls, premier ministre, Emmanuel Macron, ministre de l'economie
Philippe Martinez, secretaire general du syndicat CGT, face a Myriam El Khomri, ministre du travail, Manuel Valls, premier ministre, Emmanuel Macron, ministre de l'economie

Manuel Valls a appelé lundi les partenaires sociaux à donner « un nouveau départ » à la loi travail, évoquant une « réforme intelligente, audacieuse et nécessaire », lors de la présentation d'une version « corrigée » du projet contesté, selon le discours du Premier ministre. Les réactions « suscitées, les questionnements, les inquiétudes » soulevés par l'avant-projet de loi « ont rendu nécessaire une nouvelle phase de concertation », qui a permis « d'enrichir, d'améliorer, d'approfondir cette réforme », a noté le Premier ministre. « C'est donc à un nouveau départ de ce texte que j'appelle », a-t-il ajouté.

Le gouvernement va saisir mardi le Conseil d'État des modifications au projet de loi travail. Le projet doit arriver en conseil des ministres le 24 mars, deux semaines plus tard que prévu. L'exécutif vise une arrivée à l'Assemblée nationale fin avril pour une adoption avant la suspension estivale fin juillet.

Revue de détail du nouveau texte

Le barème qui devait plafonner de façon impérative les indemnités prud'homales, une des mesures-phares du projet de loi travail, sera seulement « indicatif » en raison de l'hostilité d'une grande partie des syndicats, a annoncé Manuel Valls aux partenaires sociaux réunis à Matignon. « Le choix que nous faisons aujourd'hui est donc d'en rester à un barème indicatif dans la loi, qui sera une aide pour les juges prud'homaux, mais pas...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pcuquel il y a 10 mois

    je ne sais pas si je suis cynique ou tordu, mais si Valls veut conserver une chance pour 2022, cela doit passer par une défaite de Hollande... Donc il doit cafouiller sur ce coup la et il aura toujours beau jeu d’affirmer que ce n’était pas son projet et qu'il n'a fait que le bon soldat. Mais on voit ou cela a conduit Fillon, qui n'a aucune chance...

  • paulin17 il y a 10 mois

    Comment peut on affirmer que l'on va securiser l'emploi en favorisant les licenciements? Un CDi ou vous etes éjectable du jour au lendemain ce n'est pas un CDI tel qu'on le connait, il n'en a plus que le nom, une belle ruse politique et patronale!

  • M720531 il y a 10 mois

    En revanche, rien sur l'article 6 du Préambule de la loi, qui sonne le glas de la laïcité dans les entreprises, puisque la MANIFESTATION DES OPINIONS RELIGIEUSES sur le lieu de travail sera désormais un droit !Deux diècles de dombat des pères fondateurs de la République et de nos aïeux, rayés d'un simple coup de plume.

  • jbellet il y a 10 mois

    un enieme retropédalage !! la grande spécialité de ce gouvernement des lois qui ne solutionnent rien et qui ne servent a rien