Ce que Cahuzac avait déclaré en entrant au gouvernement

le
1
Au chapitre des «instruments financiers» qu'il était susceptible de posséder, le ministre du Budget avait écrit «OPCVM , investi en actions». Mais rien de plus: pas de compte en Suisse, ni à Singapour. Pas même de Livret A.

Les réponses sont lapidaires. Minimalistes. Quand Jérome Cahuzac avait lors de sa prise de fonction comme les autres membres du gouvernement de Jean-Marc Ayrault, rempli sa «déclaration d'intérêts», il ne s'était guère montré prolixe. Il s'agissait comme l'avaient fait avant lui, les membres du gouvernement Fillon en avril dernier de la deuxième fois qu'on demandait de façon déclarative et peu exigeante à des ministres de faire état de leur patrimoine, de leurs biens, de leurs comptes bancaires. Une sorte d'engagement déontologique.

Cette pratique, comme le relatait Le Figaro, était une conséquence indirecte de l'affaire Bettencourt. Suite à la mise en cause de son ministre de l'Économie, Éric Woerth, Nicolas Sarkozy avait de...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gstorti le mercredi 10 avr 2013 à 19:51

    Et s'ils avaient du remplir cette déclaration de la façon la plus simple, en utilisant la regle déclarative de l'ISF? Bien sur les fausses déclarations peuvent exister, mais ces gens qui imposent à la population des règles, qu'ils refusent de s'appliquer..., cela laisse songeur.