Ce qu'il reste des 35 heures

le
1
En dix ans, la droite a largement «détricoté» la loi Aubry sur le temps de travail hebdomadaire. Pourtant, l'UMP veut aller encore plus loin. Retour sur les assouplissements successifs des 35 heures.

Le 15 décembre 1999, le Parlement dominé par la gauche adopte la loi Aubry sur la réduction du temps de travail, qui passe de 39 heures à 35 heures hebdomadaires. Depuis que la droite est revenue au pouvoir au printemps 2002, elle n'a eu de cesse de vider ce dispositif de sa substance.

o 2002-2005 : «Détricoter les 35 heures»

En 2002, la première loi inscrite à l'ordre du jour de la nouvelle législature est un assouplissement des 35 heures. François Fillon, alors ministre des Affaires sociales, porte le projet au nom d'un «retour à la raison». Le texte, adopté en janvier 2003, augmente le maximum d'heures supplémentaires autorisées de 130 à 180 heures par an. En parallèle, le gouvernement Raffarin adopte plusieurs décrets pour allonger le délai d'application des 35 heures dans les domaines hospitalier, de l'hôtellerie, de la restauration et dans les très petites entreprises.

À l'automne 2003, l'UMP repart à l'assaut sur le sujet, estimant que la loi Fill

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fperier le mercredi 23 nov 2011 à 17:29

    c'est detricote mais les grandes entreprises touchent toujours les compensations financieres de 25 G€ par an ! celles ci ont change de nom mais sont toujours payees aux grandes entreprises....ca explique d'ailleurs pourq aucune n'a abandonne les 35h car elles perdraient ces mannes! au moment ou on cherche des economies en voila une importante et qui ne touche pas les pme!