Ce qu'il faut savoir sur l'investissement locatif

le , mis à jour le
0

Investir dans l'immobilier locatif peut sembler être une bonne solution pour se créer un revenu complémentaire ou payer moins d'impôts. Mais en pratique, ce n'est pas si évident que cela puisse paraître. Voici ce qu'il faut savoir sur l'investissement locatif.

investissement locatif
investissement locatif

Le choix du type de bien

Lorsque l'on pense immobilier locatif, on pense généralement à de l'immobilier d'habitation. Les possibilités sont pourtant bien plus nombreuses :

  • • Garage
  • • Local commercial
  • • Bureaux
  • • Appartement non meublé
  • • Appartement meublé
  • • Location de vacances


Les garages et places de parking sont très demandés s'ils sont bien situés. De plus, ils enregistrent les plus fortes rentabilités du marché et ne demandent que peu d'entretien.

Les locaux commerciaux et bureaux ont l'avantage d'être loué à des professionnels sur des baux 3-6-9 ans et généralement pour des longues durées.

La location de vacances peut être rassurante pour le propriétaire qui est sur place et qui peut donc vérifier régulièrement l'état de dégradation du bien. Elle peut aussi être un pied à terre pour les vacances du propriétaire qui le loue lorsqu'il n'est pas là.

Investir dans le locatif neuf

Investir dans un logement ancien peut présenter certains avantages mais le neuf a également de beaux atouts :

  • • Frais de notaires réduits à l'achat
  • • Moins d'entretien
  • • Construit aux dernières normes en vigueur
  • • Performances énergétiques souvent meilleures ce qui est un point fort lors de la mise en location
  • • Souvent construits dans des quartiers récents
  • • Permet souvent d'accéder au dispositif de défiscalisation Pinel


En revanche, l'accès au neuf et parfois plus difficile car les prix d'achat sont plus élevés. De plus, la rentabilité d'un logement neuf est souvent inférieure à celle d'un logement ancien.

Pour choisir entre un bien neuf ou ancien, il faut donc d'abord faire le point sur vos besoins et vos priorités.

Gérer ou faire gérer son bien ?

Le rôle d'un professionnel est de vous décharger de tous les soucis administratifs. Il se chargera donc d'encaisser les loyers, d'établir les quittances, de répartir les charges, de réviser le loyer ou encore de gérer les sinistres et de suivre les travaux de réparation. Il peut être notaire, agent immobilier ou administrateur de biens. Ses honoraires sont de l'ordre de 6 à 9 % TTC du montant annuel des loyers, charges comprises.

Vous pouvez également lui confier la recherche des locataires et la rédaction du bail, moyennant une commission qui peut aller jusqu'à deux mois de loyer.

Le coût de la gestion est donc élevé mais cela peut s'avérer sécurisant si vous ne connaissez pas grand-chose à la location ou si vous n'êtes pas sur place. Cela peut aussi sécuriser le locataire qui sera plus enclin à louer auprès d'une agence que d'un particulier même si cela doit lui coûter un peu plus cher.

Trucs & Astuces :

Concernant la fiscalité, les revenus générés par votre bien locatif doivent être pris en compte dans votre déclaration de revenus. S'ils sont inférieurs à 15 000€ par an, vous bénéficiez du régime micro-foncier qui peut parfois s'avérer très avantageux.

Votre bien faisant partie intégrante de votre patrimoine, il doit aussi être pris en compte dans le calcul de votre ISF le cas échéant.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant