Ce qu'il faut savoir avant de souscrire à une assurance-vie

le
2
La meilleure assurance-vie est avant tout un contrat dont chaque clause a été rédigée avec réflexion et soin. Voici les étapes les plus importantes de la souscription d'un contrat d'assurance-vie, pour signer sans se tromper.
Qui peut souscrire un contrat d'assurance-vie?

On peut ouvrir un contrat d'assurance-vie à n'importe quel âge et à n'importe quel moment de sa vie. Si l'assuré est mineur, ce sont ses parents qui l'ouvriront pour lui. Le contrat peut être ouvert au nom d'un seul assuré, ou d'un couple. Dans ce cas, tous les actes relatifs au contrat devront être co-signés par les deux titulaires.

À savoir: Certaines compagnies imposent un âge maximum à la souscription: si vous avez plus de 80 ans, renseignez-vous au préalable.

L'alimentation du contrat d'assurance-vie

Le premier versement se fait toujours par chèque (les espèces sont interdites). Pour une épargne régulière, les autres versements pourront se faire par chèque ou par virement bancaire.

À noter:

oLe chèque et/ou le compte d'alimentation doivent impérativement être au nom de l'assuré-souscripteur.

oIl existe en général un montant minimum de versement ponctuel et/ou régulier: vérifiez qu'ils correspondent à votre capacité d'épargne.

Le choix des supports

Votre interlocuteur a l'obligation légale de s'enquérir de vos connaissances financières, ainsi que de votre «goût du risque», pour vous proposer un placement adapté à vos besoins. Vous devrez donc répondre à un petit questionnaire qui permettra de déterminer quelle proportion d'actions peut contenir votre contrat.

Bien sûr, vous restez libre de modifier cette répartition à votre gré. Dès lors, vous choisirez ensuite les supports correspondants.

À savoir: C'est dans les contrats dits «multi-gestionnaires», généralement proposés par les courtiers en assurance-vie, que le choix entre les supports est le plus large.

La désignation du bénéficiaire de son assurance-vie

Le bénéficiaire est la personne qui reçoit les capitaux au décès de l'assuré. Il est très important de le désigner sans ambiguïté. S'il y en a plusieurs, n'hésitez pas à détailler la liste sur papier libre en précisant la part attribuée à chacun.

Il est également possible, pour plus de discrétion (et pour simplifier un éventuel changement ultérieur), de déposer la clause bénéficiaire auprès du notaire de votre choix. Si les bénéficiaires ne sont pas désignés, les sommes du contrat iront dans votre succession (sans bénéficier de la fiscalité avantageuse de l'assurance-vie).

LIRE AUSSI:

» Les avantages de l'assurance-vie à chaque étape de la vie

» Assurance-vie: quels frais de gestion

SERVICE:

» Comparez les meilleurs contrats d'assurance-vie avec CPLUSSUR.COM

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gouraudp le mardi 29 mai 2012 à 15:36

    La clause beneficiaire avec demembrement de propriété est la meilleur pour la transmition...

  • M4358281 le mardi 29 mai 2012 à 10:15

    En voilà du blabla.. léguer au conjoint survivant et à défaut si décédé lui-même aux enfants.......évidemment si on a 3 femmes et 5 maitresses cela complique !