Ce qu'il faut retenir de la Super League grecque

le
0
Ce qu'il faut retenir de la Super League grecque
Ce qu'il faut retenir de la Super League grecque

Un niveau de jeu exécrable, des clubs rétrogradés en cours de saison, de la corruption, beaucoup de violence et l'Olympiakos qui finit champion. Une saison de football ordinaire dans le championnat grec.

La tête de classe

Les années passent, le vainqueur reste. L'Olympiakos le Pirée, qui fête cette année son 90e anniversaire, remporte son 42e titre de champion de Grèce et réalise le 17e doublé Coupe-championnat de son histoire. Un ratio impressionnant et une suprématie que peine à contester l'éternel rival, le Panathinaïkos d'Athènes, second avec douze points de retard malgré une victoire de prestige dans le derby du mois de février. Malgré les départs des internationaux Manolas et Holebas vers la Roma à l'intersaison dernière et l'éviction de Michel en cours de saison, l'Olympiakos termine avec la meilleure défense et la meilleure attaque du championnat. Le Gavros marche sur l'eau.


Le top

Emmené par l'Argentin Geronimo Barrales, meilleur buteur du championnat avec 17 buts, l'Asteras Tripolis confirme sa montée en puissance de saison en saison. Grâce à ses victoires sur le Panathinaïkos et le PAOK en play-off, l'équipe du Péloponnèse finit troisième du championnat et s'offre une nouvelle campagne européenne pour la saison prochaine. Directement qualifiés pour la phase de groupes de la Ligue Europa, les joueurs de Staikos Vergetis essaieront de faire mieux que cette année où ils ont terminé troisièmes de leur poule derrière Tottenham et le Beşiktaş.


Les flops

- Le PAOK ne doit sa qualification européenne qu'à l'Olympiakos, vainqueur de la Coupe en plus du championnat et permettant l'attribution d'une place européenne supplémentaire via le championnat. Une saison globalement ratée pour le club de Thessalonique, éliminé sur son terrain par Guingamp en Ligue Europa et incapable de jouer la deuxième place à un Panathinaïkos pourtant très irrégulier. Malgré les investissements de l'oligarque gréco-russe Ivan Savvidis depuis quatre ans, aucun résultat significatif n'est à noter pour la bande à Itandje. Le PAOK,…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant