Ce qu'il faut retenir de la Scottish Premiership 2014/15

le
0
Ce qu'il faut retenir de la Scottish Premiership 2014/15
Ce qu'il faut retenir de la Scottish Premiership 2014/15

Pour la première fois dans l'histoire du football écossais, il n'y avait pas de représentant de la capitale Edimbourg en Premiership. À part ça, le Celtic est de nouveau champion, Motherwell a sombré et on s'est pris d'affection pour le petit poucet, Hamilton Academical.

La tête de classe :

Sans surprise, le Celtic Glasgow a été une nouvelle fois sacré champion d'Écosse. Le 46e titre de l'histoire du club, le 4e d'affilée, une quasi-formalité pour les pensionnaires du Celtic Park. Depuis la rétrogradation des Rangers en 2012, le Celtic ne trouve pas d'adversaire à sa taille et se balade sur les prés au-delà du mur d'Hadrien. Un règne sans partage. Le changement de coach à l'intersaison - le Norvégien Ronny Deila a remplacé Neil Lennon, parti pour Bolton – n'y a rien changé. Après un départ un peu pénible (sixièmes au classement en octobre), les Bhoys sont montés en puissance au fil des rencontres, remportant 29 matchs sur 38. Au classement, le Celtic met 17 points dans la vue du deuxième, Aberdeen. Mais le moment de grâce a eu lieu en demi-finale de League Cup lors des retrouvailles avec les Rangers. Une victoire 2-0 sur terrain neutre (Hampden Park). Avant de s'imposer sur le même score en finale face à Dundee United. Bien dans ses pantoufles à la maison, mais beaucoup plus fragile sur le continent. Reversé en Ligue Europa après un échec lors des barrages de la Ligue des champions, le Celtic s'est fait sortir en 32e de finale par l'Inter. Une vieille rengaine. Le club n'a plus atteint les quarts de finale d'une compétition européenne depuis 2004.

Le tournant de la saison :

89e minute, Pittrodie Stadium, Aberdeen, par un après-midi venteux de novembre. Un corner qui n'en n'était pas un, un ballon qui traverse la surface et atterrit par chance dans les pieds de Virgil van Dijk. Le défenseur néerlandais du Celtic a le réflexe de le pousser au fond du but vide et d'offrir du même coup la victoire à son équipe. Dans sa célébration, l'homme aux tresses fait signe de se calmer, mais il sait bien qu'il s'agit là d'un succès plus que précieux. À ce moment précis, le tableau d'affichage annonçait 1-1, et les Bhoys, réduits à dix depuis l'expulsion de leur capitaine Scott Brown, croulaient sous les occasions des joueurs d'Aberdeen. Un corner plus tard, les voici propulsés en tête du classement. Le tour d'honneur des joueurs et la célébration rageuse du coach Ronny Deila en disent long sur la performance. On est encore en automne, mais le Celtic est déjà en route vers son 46e titre de champion.

</div></br></br></br><br><p><a target="_blank" rel="canonical" class="lienExterne" href="http://www.sofoot.com/ce-qu-il-faut-retenir-de-la-scottish-premiership-201415-202153.html">Lire la suite de l'article sur SoFoot.com</a></p>
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant