Ce qu'il faut retenir de la saison du Milan AC

le
0
Ce qu'il faut retenir de la saison du Milan AC
Ce qu'il faut retenir de la saison du Milan AC

À l'image de la carrière politique de Silvio Berlusconi, l'AC Milan est dans le dur. Ce qui a été confirmé cette saison avec un classement dans le ventre mou et une irrégularité chronique. Les moments forts ? Les quelques coups d'éclat et pétages de plomb de la French Touch.

L'analyse définitive

Dixième du championnat, loin, très loin des places européennes, le Milan AC a vécu une saison indigne de son histoire. Et en vivra une seconde de suite sans le dessert de la Ligue des champions ni son substitut de la Ligue Europa. Triste pour les tifosi rossoneri, dont les joueurs ont fait illusion le temps de deux victoires initiales contre la Lazio et Parme. Paradoxalement capables de faire tomber des gros comme les deux clubs de Rome, les Rossoneri ont surtout plombé leur saison avec de grosses désillusions contre les équipes a priori plus petites de la Serie A. Parfois par manque de réalisme, mais souvent par l'indigence d'un jeu à l'image de la gestion globale du secteur sportif milanais : un projet illisible, instable, pas aidé il est vrai par les incertitudes autour du club et l'image toujours plus déclinante du Cavaliere Silvio Berlusconi. Parce qu'il faut le dire : le Milan AC des nineties est bien loin, et celui des années 2010 a clairement du mal à faire avec les moyens du bord, pour la simple et bonne raison qu'il ne suffit pas de recruter tous les mecs en fin de contrat pour retrouver les sommets. On aurait pourtant pu penser que le club allait se refaire après une saison 2013-2014 marquée par le licenciement de Massimiliano Allegri, une 8e place sans accessit européen, et le départ du pompier de service Clarence Seedorf. Au final, en virant son successeur, le Milan AC a réussi l'exploit de couper la tête à deux de ses anciennes gloires en à peine un an. Tout cela pour se prendre un râteau de Carlo Ancelotti et miser sur Siniša Mihajlović, un ancien joueur de l'Inter Milan. Pendant ce temps, Allegri se gave à la Juventus...

Le match chef-d'œuvre : Milan 3-1 Lazio

Le Milan AC de 2014-2015, c'est un peu comme un Ipad vendu à la sauvette sur une aire d'autoroute à un prix dérisoire : l'emballage inspire la confiance, mais dès qu'on ouvre, on se rend compte qu'on s'est fait bananer. Cette saison, la bande d'Inzaghi aura ainsi réussi son début…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant