Ce qu'il faut retenir de la saison de Wolfsburg

le
0

Une attaque plaisir et un Bas Dost en surrégime complet pendant un mois, le VfL version 2014-2015, ce n'est pas uniquement Kevin De Bruyne, c'est aussi un début de saison compliqué et une grosse claque infligée au Bayern.

L'analyse définitive

Habitué au ventre mou depuis son titre de 2009, les Loups avaient déjà retrouvé la lumière en fin de saison dernière par la grâce d'une cinquième place qualificative pour le Coupe d'Europe. Et pour une fois, ils ne se sont pas écrasés derrière. Malgré un début de saison moyen, les hommes de Dieter Hecking ont entamé la mue censée les emmener vers les sommets du foot européen. Modeste, sans être ridicule, la moisson s'est achevée cette saison avec une Pokal. Souvent abandonnés par ses éléments de confiance dans les moments décisifs jusqu'il y a peu, les Loups ont appris à compter sur leurs cadres cette saison. Constant, percutant et buteur en finale de la Coupe contre le Borussia, Kevin De Bruyne est évidemment le grand bonhomme de la saison. Derrière on n'oubliera pas le mois de février complètement dingo de Bas Dost (11 buts en six matchs), l'avènement d'un Robin Knoche ou d'un Maximilian Arnold, la confirmation Vieirinha et la douloureuse désillusion à 32 briques nommée André Schürrle.

Le match chef-d'œuvre : Wolfsburg- Bayern Munich: 4-1

Un match de rentrée se veut souvent un match piège. Même quand on joue le leader bavarois. Surtout quand on joue le leader bavarois ! Sauf que ce 30 janvier 2015, il règne une atmosphère pour le moins particulière sur la Volkswagen Arena. On ne joue pas depuis deux minutes que KDB sert déjà Bas Dost. Le Hollandais ajuste Neuer avant de connaître son moment. Celui qu'on ne vit qu'une fois dans une carrière. Les yeux fermés, Bas envoie son extérieur du pied à la rencontre d'un ballon qui finira sa course dans les filets avec l'aide du poteau. Plus improbable qu'une victoire de Richard Gasquet à Roland, il y a l'extérieur lobé pleine lulu de Bas Dost. En pleine confiance après ce coup de folie, B.D plantera pendant un mois non-stop. C'est l'autre tournant de la saison du VfL. À 2-0, contre le Bayern, la deuxième mi-temps des Loups sera, elle, une démonstration d'efficacité. La rentabilité, c'est justement la spécialité de Kevin De Bruyne. Le Belge plante deux jolies roses et envoie Dieter Hecking au paradis. C'est la troisième et dernière fois que son équipe inscrit quatre buts. Par la suite, les Loups préféreront en planter cinq.

</div></br></br></br><br><p><a target="_blank" rel="canonical" class="lienExterne" href="http://www.sofoot.com/ce-qu-il-faut-retenir-de-la-saison-de-wolfsburg-202197.html">Lire la suite de l'article sur SoFoot.com</a></p>
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant