Ce qu'il faut retenir de la saison de Manchester United

le
0

C'était l'année de la reconstruction. Parfois laborieux, parfois brillants, souvent entre deux, les Red Devils ont assuré le minimum syndical en s'offrant la quatrième place qualificative pour le tour préliminaire de la Ligue des champions. Bilan de l'ère Van Gaal, an I.

L'analyse définitive


Lorsque Louis van Gaal a débarqué à Manchester United en juillet dernier après une Coupe du monde réussie avec les Pays-Bas, sa mission était simple : il fallait redresser la barre d'un navire rouge en perdition depuis le départ de Sir Alex Ferguson. En clair, remettre Manchester United à sa place, c'est-à-dire en Ligue des champions, donc dans le top 4 des équipes de Premier League. Pour cela, le board des Red Devils a sorti le chéquier, et déboursé près de 200 millions d'euros pour renforcer l'effectif. Alors si aujourd'hui, la mission est assurée, avec une quatrième place, les observateurs attendaient néanmoins forcément mieux, au niveau notamment de la qualité de jeu après les investissements consentis. À noter enfin, les flops des deux recrues stars, Ángel Di María et Radamel Falcao. Et si Louis van Gaal a obtenu le minimum syndical, on attendra forcément mieux de la deuxième saison du Batave chez les Red Devils.

Le match chef-d'œuvre : United 4-2 City


Un derby, ça se gagne. Surtout lorsque l'on reste sur quatre défaites d'affilée face à son plus grand rival. Dans ces cas-là, il s'agit de frapper un grand coup. Ce jour-là, les Red Devils, qui restent alors sur cinq victoires d'affilée en Premier League, entament pourtant ce derby de la pire des manières, en encaissant un but d'Agüero dès la huitième minute. Sereins, les hommes de Van Gaal ne paniquent pas et égalisent six minutes plus tard par Young, avant de prendre l'avantage à la demi-heure de jeu sur une tête de Fellaini. En seconde période, les Red Devils ne relâchent pas l'étreinte et Mata puis Smalling libèrent définitivement le peuple rouge, avant qu'Agüero n'inscrive son 100e but pour Manchester City en réduisant l'écart dans les dernières minutes. Bref, pour reprendre une expression chère à Rudi Garcia, Van Gaal a "remis l'église au centre du village." Pour le plus grand bonheur des Red Devils.




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant