Ce qu'il faut retenir de la saison de Manchester City

le
0

Saison blanche pour les Sky Blues. Deuxième au classement et éliminé dès les huitièmes de finale de la Ligue des champions, City a perdu son titre et failli à ses objectifs. Une saison en dents de scie malgré un Sergio Agüero de gala et Joe "clean sheet" Hart.

L'analyse définitive :

Huit points, c'est ce qui sépare Manchester City du champion Chelsea. Neuf points, c'est le nombre d'unités qu'ont perdues les Citizens face aux trois relégués, Burnley, Hull City et Queens Park Rangers. Le calcul est vite fait. Pas assez tueurs face aux petites équipes, pas assez solides face aux autres membres du Big Four, les Sky Blues ont payé leur irrégularité et abandonné leur couronne d'Angleterre. Pire encore, ils n'ont remporté aucun trophée, une première depuis 2010. Les blessures, les méformes (dont celle de Yaya Touré) et un passage à vide au printemps ont eu raison des ambitions de la bande à Manuel Pellegrini. Le club mancunien n'a de nouveau pas fait long feu en C1, sorti dès les huitièmes de finale. Pourtant, tout n'est pas à jeter. Dauphins d'un Chelsea intraitable, les Citizens ont pu compter sur une attaque de feu (83 buts) et un Sergio Agüero monstrueux. Derrière, si la défense a montré des signes de faiblesses, Joe Hart, lui, a souvent été héroïque, sortant des parades cruciales. Tandis qu'au milieu, Frank Lampard a donné ses derniers frissons. Bon voyage Frankie.

Le match chef-d'œuvre : Rome 0-2 Manchester City

Le match référence sur le continent que les Citizens attendaient. Fidèle à eux-mêmes, les hommes de Manuel Pellegrini réalisent une campagne européenne laborieuse avec deux points pris en quatre rencontres. Dos au mur, City arrache la victoire sur le fil face au Bayern et gagne le droit de jouer sa survie dans la compétition lors du dernier match de poules face à la Roma. Mais au Stadio Olympico, les Sky Blues subissent. Jusqu'à ce que Samir Nasri surgisse et rugisse. Une frappe de 25 mètres qui s'écrase sur le poteau et file tout droit dans les filets romains. Le Petit Prince exulte la bouche grande ouverte. Vingt-cinq minutes plus tard, le Marseillais ouvre cette fois-ci son pied pour Zabaleta qui pousse la balle au fond et qualifie son équipe. Pour la deuxième fois consécutive, City verra les…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant