Ce qu'il faut retenir de la saison de la Roma

le
0

La vie est un éternel recommencement. Avec la Roma, il y a souvent un air de déjà-vu. En tout cas, cette saison ressemble à peu de chose près à la dernière. Un départ canon, des espoirs, des matchs nuls, des recrues inutiles pour finalement limiter la casse.

L'analyse définitive

La Roma a le profil type d'un éternel second. Chargée à bloc en début de saison avec une grosse série de victoires et un mercato large. De bons joueurs, mais trop gentils. Un mental précaire, vulnérable, pouvant s'effriter au premier obstacle et difficilement révocable. Bref, ce n'est pas suffisant pour aller chercher une Juventus toujours plus méchante. Rudi Garcia, l'entraîneur français, l'a appris à ses dépens, et il y a fort à parier que la saison prochaine, il ne se risquera pas à tenter le moindre pari. La Roma a vécu une très difficile fin d'année 2014. Mais elle a su se relever petit à petit en travaillant dans son coin, en enchainant les matchs nuls et en surfant sur son tapis de points engrangés depuis la fin du mois d'août. Et plus important que tout, elle a réussi à conserver sa seconde place devant l'autre club de Rome en remportant un derby à double tranchant. Pour la saison prochaine, il y a de fortes chances pour que Rudi Garcia demande conseil à Jan Ullrich, Raymond Poulidor, Franck Azéma, ou encore Roger Federer pour l'aider à passer un cap.

Le match chef-d'œuvre : Roma 4–2 Inter


À cette époque la Roma était encore belle, fraîche, pleine de bons sentiments. Elle avait encore du mental. Elle gagnait ses matchs en marquant plus que l'adversaire. Même remontée au score, elle trouvait les moyens de renverser la tendance en sa faveur. C'était huilé, fou, efficace. Bref, on voulait encore bien croire à sa jolie saison.


Le tournant de la saison : octobre rouge

C'est au cours de ce mois que la Roma comprend qu'elle n'arrivera pas à suivre la cadence imposée par la Juve. Le 5 octobre, la Roma s'incline au Juventus Stadium au terme d'un match polémique. Le 17, Rudi Garcia déclare qu'il est sûr de remporter le Scudetto avant une jolie victoire face au Chievo. Le 21, elle se fait dérouiller par le Bayern en Ligue des champions. Le 25, elle laisse deux points contre la Samp'. Et le 1er novembre, elle se prend une leçon contre le Napoli. En parallèle, la Vieille Dame sprinte déjà. À 28 journées de la fin, l'identité du futur vainqueur du Scudetto ne fait déjà plus de doute. La Roma se concentre désormais sur un nouvel objectif : conserver sa deuxième place.

Le…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant