Ce qu'il faut retenir de la saison de la Juventus

le
0
Ce qu'il faut retenir de la saison de la Juventus
Ce qu'il faut retenir de la saison de la Juventus

En dépit de cette finale de C1 perdue, la saison de la Juve reste magnifique. Malgré un entraîneur critiqué l'été dernier, un effectif dit vieillissant, la Vieille Dame repart avec un nouveau Scudetto et une dixième Coupe d'Italie. Retour sur la plus belle saison turinoise post-Calciopoli.

L'analyse définitive

La défaite est encore fraîche et les esprits, forcément, toujours un brin tourmentés par cette finale de Ligue des champions perdue face au FC Barcelone samedi soir. Mais au-delà du match et des quelques regrets qu'il véhicule, la saison des Juventini fut en tous points parfaite, pour ne pas dire exceptionnelle. Championne - sans forcer - à quatre journées de la fin, la Vieille Dame est également parvenue à ramener cette dixième Coupe d'Italie que les tifosi attendaient depuis deux décennies. Cerise sur le gâteau : cette finale berlinoise de Ligue des champions que personne n'aurait imaginée il y a encore cinq ou six mois. À l'image de la réussite de Max Allegri pour sa première saison sur le banc turinois, le groupe noir et blanc s'est soudé et renforcé après le claquage de porte d'Antonio Conte. Certains prédisaient une année difficile à la Juve, elle fut au contraire belle, riche, étonnante et couronnée de succès. La Vieille est enfin redevenue une grande Dame d'Europe.

Le match chef-d'œuvre : Borussia Dortmund-Juventus (0-3)

Des matchs merveilleux et importantissimes, l'équipe de Max Allegri en a disputé (et remporté) un paquet cette saison. On aurait pu citer le choc face à la Roma du 5 octobre (3-2) ou encore cette demi-finale retour de Coupe d'Italie contre la Fio où la Juve est allée s'imposer 3-0 à Florence après avoir perdu chez elle (1-2), mais on a préféré revenir sur ce huitième de finale retour de Ligue des champions. À l'aller, les Bianconeri l'avaient emporté 2-1 à Turin, laissant de nombreux espoirs de qualification à la bande à Jürgen. Au retour, les Allemands se font littéralement bouffer par, notamment, un Carlos Tévez d'exception (doublé, une passe décisive). L'Apache inscrit un premier but dès la 3e minute de jeu avant de doubler la mise à dix minutes du terme. Entre-temps, Álvaro Morata, lui aussi déterminant, s'était chargé de porter le compteur à 2-0. Supérieurs dans tous les secteurs du jeu, les hommes d'Allegri ne laissent, ce…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant