Ce qu'il faut retenir de la saison de l'Inter Milan

le
0
Ce qu'il faut retenir de la saison de l'Inter Milan
Ce qu'il faut retenir de la saison de l'Inter Milan

Parfois le meilleur, souvent le pire, un changement d'entraîneur et au final un résultat anecdotique dans chaque compétition. La saison de l'Inter Milan restera l'une des plus frustrante de son histoire malgré la montée en puissance de ses deux perles Icardi et Kovacic. Roberto Mancini a déjà prévu une révolution.

L'analyse définitive

Quand on a un nouveau propriétaire depuis 2013, qu'on a connu le triplé de 2010 et qu'on est tout simplement l'un des clubs les plus populaires du Vieux continent, terminer à la 8e place et se voir priver de compétition européenne relève de la désillusion. Mais si l'entraîneur Walter Mazzari est débarqué en cours de saison, c'est forcément qu'un truc cloche, que la bonne volonté et le charisme de Roberto Mancini ne suffiront pas à régler la mire sans un travail de fond. Tout cela pour dire que l'Inter, après une 5e place presque encourageante la saison dernière, a donné l'impression de perdre une année de sa riche histoire : quelques matches porteurs d'espoirs comme la raclée contre Sassuolo (7-0) ou la victoire contre l'AS Roma en fin de saison, mais aussi beaucoup d'accidents de parcours comme une valise prise à la maison contre Cagliari, ou une défaite chez les mourants de Parme. Faute d'être réguliers et d'afficher un vrai projet de jeu - logique aussi quand l'entraîneur change en cours de route - les Nerazzuri n'ont su rivaliser avec les gros et se sont contentés d'espérer accrocher le wagon Ligue Europa sur un malentendu, lequel n'a jamais eu lieu. Une saison sans saveur confirmée par les deux matches nuls dans le derby de Milan et l'élimination dès les huitièmes de finale de la Ligue Europa contre le premier vrai écueil, Wolfsburg. Erick Trohir et les supporters espéraient forcément mieux.

Le match chef-d'œuvre : Inter Milan - Sassuolo (7-0, 2e journée)

En début de championnat, l'Inter a laissé croire qu'elle pouvait se glisser dans la course à l'Europe à défaut de déranger la Juventus ou la Roma dans celle au titre. Pas forcément longtemps, mais le temps suffisant pour exploser Sassuolo 7-0 lors de la seconde journée. De ce match, on pourra retenir toutes les qualités de l'effectif nerazzuro : un Icardi capable de marquer en raccroc, du droit depuis l'extérieur de la surface, ou du gauche en pleine course, un Kovacic inspiré et au toucher de balle subtil, et des…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant