Ce qu'il faut retenir de la saison de l'AS Monaco

le
0
Ce qu'il faut retenir de la saison de l'AS Monaco
Ce qu'il faut retenir de la saison de l'AS Monaco

Moqué en début de saison pour ses défaites, tancé au milieu de l'exercice pour son jeu peu léché, consacré pour sa remontée spectaculaire, Monaco s'est installé à la surprise générale sur podium de Ligue 1. Retour sur un parcours pas comme les autres.

L'analyse définitive


Qui aurait imaginé ce Monaco truster le podium à l'entame de la saison ? Pas grand monde sans doute. Sacrifiés sur l'autel du gros sou, James Rodriguez et Falcao avaient alors quitté la Côte d'Azur sans ménagement, laissant le pauvre Jardim fraichement débarqué à l'ASM à son effectif sans éclat. Difficile dans ces conditions d'envisager une lutte pour les places d'honneur ou une saison frisson. Et pourtant. Après un gros mois d'adaptation, l'ancien coach du Sporting a fait de cet ASM une machine solide et performante. Petit à petit, et malgré les critiques sur le manque d'ambition supposé de cette équipe, Leonardo et son Français chatoyant ont réussi à contrarier les pète-secs. S'appuyant, certes, sur une défense titanesque, mais aussi sur des éléments offensifs intéressants (Martial, Carrasco, Moutinho), Monaco, sans être l'équipe la plus dévergondée de Ligue 1, s'est fait une place au milieu des cadors qui avançaient à vitesse grand V. Mieux, à mesure que les victoires arrachées se sont enchainées, actant une remontée au classement, l'ASM a semblé de plus en plus forte. Pour finir la saison en boulet de canon, coller des corrections à ses adversaires de seconde partie de tableau et surtout, résister à cet OM qui chassait la 3e place. Pas mal pour une équipe et un entraineur que tout le monde condamnait au bout de quelques matchs

Le match chef-d'œuvre : Caen 0-3 Monaco


Ou plutôt, un match symbole de l'évolution monégasque au cours de la saison. Sans se fendre d'une possession de balle pharaonique (52%), Monaco maitrise parfaitement son match dans l'antre d'Ornano. Peu d'occases concédées donc, comme d'habitude, mais un rendement offensif ne se limitant pas à un petit but qui annonce la belle fin de saison de l'ASM sur ce plan. En effet, sur cinq tirs cadrés, Monaco plante trois pions des plus délicieux. Martial dès les premières minutes, puis Bernardo Silva qui réussit l'exploit de transformer un corner à la rémoise avant de se fendre d'un doublé, régalent. Et cet ASM,…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant