Ce qu'il faut retenir de la Jupiler Pro Belgique 2014/15

le
0
Ce qu'il faut retenir de la Jupiler Pro Belgique 2014/15
Ce qu'il faut retenir de la Jupiler Pro Belgique 2014/15

Le titre de Gand, l'Europe pour Charleroi et l'Europa pour Anderlecht, la Jupiler Pro League et ses play-offs ont marché sur la tête cette saison. Cela valait donc le coup de jeter un œil dans le rétro.

L'analyse définitive


Après trois ans d'une hégémonie discutée, mais bien réelle, Anderlecht a donc dû rendre les armes. Pas à Bruges comme attendu depuis dix ans, mais à Gand. Pour la première fois de leur vie, les Buffalos se sont donc installés sur le trône de la Jupi. En contrôle pendant la saison régulière, les hommes de papa Vanhaezebrouck l'ont joué filou en playoffs. L'équipe sur laquelle personne ne mise a fini par rafler le pactole et cela pourrait ressembler à un braquage. Cela n'en est pas vraiment un. La maîtrise tactique de Vanhaezebrouck n'y est évidemment pas pour rien, mais le titre de Gand restera la victoire d'un club plus que d'un homme. En reprenant La Gantoise en 1999, Ivan de Witte pensait s'offrir un club endetté à hauteur de 10 millions d'euros. Le check-up réalisé dans les semaines qui suivront son arrivée au club révèlera finalement un découvert de 23 millions d'euros. Quinze ans de travail et un nouveau stade plus tard, le KAA Gent est champion de Belgique. Avec suffisamment de marge que pour espérer s'installer une fois pour toutes parmi les vrais "grands" de la Pro League. Une success-story sauce bicky.

Le tournant de la saison[INTERTITRE_PETIT]

On joue la cinquième journée des playoffs 1 quand Anderlecht se déplace à la Gantoise. À 90 minutes de la moitié des playoffs et malgré son unité d'avance sur les Bruxellois, il n'y a encore personne pour prendre les Buffalos au sérieux. L'égalisation de Tielemans pour Anderlecht à l'heure de jeu viendra confirmer ce que pensent les ténors du football belge : au moment de prendre les rênes, Gand s'écroule, incapable de résister à la pression du leadership. Mais ça, c'était avant. Avant que Hein Vanhaezebrouck ne se décide à faire rentrer Renato Neto dans les arrêts de jeu. Le Brésilien se joue du marquage fantôme de Vanden Borre et s'en va fouetter Silvio Proto d'un coup de casque rageur. Anderlecht est à 4 points de Gand et ne reviendra plus. À deux points de Bruges, les Gantois ne flancheront plus. La suite, c'est un 10 sur 15 des familles et un gros feu d'artifice.

[INTERTITRE_PETIT]Les cinq tueurs de 2014-2015
Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant